C’est officiel, la Covid-19 peut infecter les neurones

Des recherches effectuées par des équipes de chercheurs issus de différentes entités ont révélé que le virus SARS-CoV-2 était effectivement capable d’infecter les neurones. Auparavant, des symptômes neurologiques tels que les maux de tête, la perte d’odorat, les pertes de conscience et même les AVC avaient été signalés chez plusieurs patients de la Covid-19, mais la capacité du coronavirus à s’attaquer aux cellules cérébrales n’avait pas encore été démontrée.

Ainsi, il n’était pas encore prouvé que ces symptômes résultent bien de l’infection des cellules du cerveau par le coronavirus, bien que des traces d’ARN virales aient été retrouvées dans le cerveau de certaines victimes de la maladie. Des traces de protéines virales ont également été détectées dans des cellules de leur bulbe olfactif.

Crédits Pixabay

La nouvelle étude consistait à déterminer la capacité du SARS-CoV-2 à contaminer les cellules cérébrales. Elle a été menée par des scientifiques provenant de l’Université de Yale aux Etats-Unis, de l’Institut du Cerveau de Sorbonne Université/Inserm/AP-HP/CNRS et de l’hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP. Les résultats ont été publiés dans la revue Journal of Experimental Medicine le 12 janvier 2021 dernier.

Plusieurs expérimentations effectuées

Afin de vérifier leur hypothèse, les chercheurs se sont tournés vers trois types d’approches. La première consistait à cultiver des cellules cérébrales en 3D tandis que la seconde était basée sur un modèle murin d’infection au virus de la Covid-19. La dernière approche quant à elle consistait à analyser des tissus cérébraux de patients décédés de l’infection au SARS-CoV-2.

Dans les cultures en 3D, les scientifiques ont ainsi trouvé que le coronavirus pouvait pénétrer dans les neurones et s’y multiplier. Si l’infection ne tue pas directement les cellules cérébrales, elle peut par contre causer des changements métaboliques au niveau de ces dernières. D’autre part, les cellules voisines des neurones contaminés mourraient progressivement à cause du  manque d’oxygène.

A lire aussi : Covid-19 : d’ici le mois de mars, le variant B.1.1.7 pourrait être le plus répandu

Les résultats du modèle murin de l’infection au SARS-CoV-2

Les résultats obtenus lors de précédentes études suggèrent que la protéine ACE2 située au niveau de la surface cellulaire joue un rôle important dans l’infection des cellules par le SARS-CoV-2. Si ce récepteur est présent en grande quantité dans les poumons, les organes les plus attaqués par le virus, le modèle murin de l’infection au SARS-CoV-2 a également démontré son importance dans l’infection des cellules cérébrales.

Les chercheurs ont également noté que le réseau vasculaire des régions infectées du cerveau  subissait une importante modification. Selon les explications, il pourrait y avoir un lien entre l’entrée du virus dans les neurones observés dans les cultures de cellules cérébrales et dans les tissus cérébraux de patients décédés, et les symptômes neurologiques tels que l’hypoxie et les accidents ischémiques.  

A lire aussi : Aux Etats-Unis, l’espérance de vie en chute libre à cause de la Covid-19

Alors que les résultats obtenus lors de l’étude ont pu confirmer la capacité du SARS-CoV-2 à infecter les cellules cérébrales, les chercheurs suggèrent de poursuivre les recherches afin de confirmer le lien existant entre les différents symptômes neurologiques observés et les changements au niveau des cellules infectées. Ils pensent que déterminer la méthode utilisée par le virus pour atteindre le cerveau serait également essentiel.