Covid-19 : la Chine aurait vacciné 100 000 personnes… avant la fin des essais du vaccin

La Chine figure parmi les nombreux pays qui travaillent actuellement sur la production de vaccins contre le Covid-19. A l’heure actuelle, 211 vaccins sont en cours de développement à travers le monde et neuf d’entre eux sont dans la phase 3 des essais. Parmi les neuf vaccins, quatre sont développés par des entreprises d’origine chinoise.

Bien que la phase 3 des essais cliniques ne soit pas encore achevée pour la majorité des vaccins, le lundi 14 septembre dernier, Sinopharm, la société publique qui développe deux des vaccins candidats en Chine a déclaré à la radio nationale chinoise que des centaines de milliers de personnes ont déjà été vaccinées dans le pays.

Crédits Pixabay

Il s’agirait de l’un des deux vaccins que la société produit dans le cadre d’un programme d’utilisation d’urgence que le gouvernement a lancée le 22 juillet dernier.

Rappelons que la Chine n’a pas signé l’engagement concernant la non-soumission d’un vaccin pour approbation avant la réussite de la phase 3 des essais, alors que neuf des plus grands développeurs de vaccins au monde l’ont fait.

Le programme d’urgence selon le gouvernement chinois

Lors du développement d’un vaccin, les essais de phase 3 sont essentiels pour identifier les éventuels effets secondaires qui ont pu passer inaperçus durant les essais de phase 1 et 2.

Selon les informations, le programme d’urgence du gouvernement chinois impliquant le nouveau vaccin n’aurait été rendu public qu’un mois après son lancement, c’est-à-dire vers la fin du mois d’août.

D’après la déclaration de Zheng Zhongwei, chef du programme de vaccination en Chine, le programme n’impliquerait que certains groupes de personnes. Il a cité les personnels de la santé s’occupant du Covid-19 et d’autres maladies, les douaniers, les personnes travaillant dans le domaine du marché alimentaire, les personnels des transports ainsi que certains membres du personnel de l’industrie des services.

Selon Zhongwei, le programme serait réglementé par neuf plans dont le consentement médical de la personne concernée, le suivi des effets secondaires possibles et l’indemnisation.

À lire aussi : Covid-19, les essais sur un vaccin suspendu après l’apparition d’effets indésirables chez un patient

Une participation plus étendue que ce qui était prévu

En début septembre, de nouvelles informations ont été révélées sur l’effectif réel des personnes ayant reçu le vaccin. Ces données ont montré que le nombre de personnes ayant participé au programme serait beaucoup plus élevé que ce que le gouvernement a initialement suggéré.

En effet, Sinopharm a annoncé que des centaines de milliers de personnes avaient déjà reçu leur vaccin. D’autre part, un autre fabriquant de vaccins, Sinovac, a déclaré que jusqu’à 3 000 personnes, incluant 90 % de ses employés ainsi que les membres de leur famille, auraient également été vaccinées. Le PDG de Sinovac a expliqué que c’était pour que les employés puissent continuer à produire des vaccins.

Yanzhong Huang, professeur en santé mondiale à Seton Hall, et auteur de l’article « Toxic Politics » parlant de la crise de la santé environnementale en Chine, a déclaré que le protocole pour savoir qui recevra le vaccin dans le programme est encore entouré de mystères.

A part le programme d’urgence officiel, un autre vaccin candidat produit par CanSino Biologics a été autorisé par l’armée chinoise fin juin pour le personnel militaire. D’un autre côté, le personnel des entreprises publiques qui voyage à l’étranger a aussi été autorisé à prendre l’un des deux vaccins développés par Sinopharm en juin.

Même si Sinopharm a rapporté qu’aucune des personnes ayant été vaccinées n’a subi d’effet indésirable et n’a été infectée par le Covid-19, de nombreux scientifiques pensent que l’introduction prématurée d’un vaccin avant la fin de la phase 3 comporte de graves risques. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, « les essais de phase 3 sont essentiels pour évaluer l’innocuité et l’efficacité des vaccins candidats du Covid-19 ».

À lire aussi : Le vaccin russe contre le Covid-19 ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs