Covid-19 : la gravité de la maladie influencée par les bactéries présentes dans l’intestin ?

La gravité de la Covid-19 varie d’un patient à un autre. Certains contractent une forme asymptomatique de la maladie. D’autres souffrent de formes modérées ou graves. On sait que les personnes dites vulnérables sont plus susceptibles de présenter des symptômes sévères du Coronavirus. Pour en savoir plus, des chercheurs de l’Université de Hong Kong se sont penchés sur tous les paramètres qui pourraient influencer la gravité de la maladie.

Ils ont découvert que les bactéries présentes dans l’intestin peuvent être à l’origine d’une forme grave de Covid-19. Leur étude se base sur des échantillons de selles prélevés sur 100 patients testés positifs au Coronavirus qui ont été traités au sein de deux hôpitaux de Hong Kong.  Leur recherche a révélé que la composition du microbiote intestinal a subi des modifications qui ont persisté chez les volontaires.

Une femme portant un masque pour se protéger du coronavirus
Photo de Juraj Varga. Crédits Pixabay

Pour les chercheurs, cela signifie que la perturbation du microbiote intestinal est liée à l’aggravation de la maladie.

Le microbiote intestinal subit des modifications durables

Le microbiote est l’ensemble des bactéries qui constitue notre flore intestinale. Il joue un rôle dans la régulation des réponses immunitaires. Il arrive que sa composition soit modifiée par des virus comme celui du H1N1 ou de la grippe. Dans le cas de la Covid-19, les modifications subies par le microbiote intestinal ne ressemblent à rien de ce que les chercheurs ont pu observer auparavant.

« La composition du microbiote intestinal a été considérablement altérée chez les patients qui souffrent de la Covid-19 par rapport à celle des individus qui n’ont pas contracté le virus qu’ils aient reçu ou non des médicaments. »

Les scientifiques ont aussi noté le fait que les modifications subies par le microbiote intestinal des patients atteints du Coronavirus étaient toujours visibles même 30 jours après leur guérison.

A lire aussi : Covid-19, ce que l’on sait du nouveau variant découvert au Japon

Une modification qui implique une hausse de la concentration de cytokine

Dans leur étude, les chercheurs ont indiqué que les patients qui ont souffert d’une forme grave présentaient une hausse de concentration en cytokines et en chimiokines dans leur plasma sanguin. Ils ont aussi noté un « changement substantiel » dans le tractus gastro-intestinal durant l’infection.

« Ces résultats suggèrent que la composition du microbiote intestinal est associée à la magnitude de la réponse immunitaire à la Covid-19 et aux lésions tissulaires ultérieures et pourrait donc jouer un rôle dans la régulation de la gravité de la maladie. »

À terme, les scientifiques espèrent se servir des résultats de cette étude pour comprendre pourquoi certains symptômes du Coronavirus persistent même après que les patients soient guéris.