Covid-19 : le CDC thaïlandais déconseille le sexe pour les malades guéris

Au cours de cette pandémie causée par le Covid-19, on a pu constater que chaque pays touché avait sa propre façon de gérer la crise sanitaire, même s’il y a quand même quelques points communs par rapport aux mesures prises. Dernièrement, la Thaïlande, par l’intermédiaire de Veerawat Manosutthi, expert médical sénior au Thai Disease Control Department, a parlé d’une mesure visant surtout les survivants du coronavirus.

D’après le journal thaïlandais Khaosod English, Manosutthi a recommandé que ceux qui viennent de guérir s’abstiennent d’avoir des relations sexuelles pendant 30 jours. De plus, l’expert exhorte les hommes à utiliser un préservatif lorsqu’ils recommenceront à avoir des rapports intimes après cette période.

Crédits Pixabay

Cette recommandation est basée sur une étude récente effectuée par des chercheurs chinois qui ont découvert la présence du virus dans le sperme appartenant à des patients infectés par le Covid-19.

Ce que dit l’étude

L’étude sur la transmission potentielle du nouveau coronavirus via les relations sexuelles a été menée au Shangqiu Municipal Hospital en Chine, et les résultats ont été publiés par le réseau de revues médicales JAMA Network.

Selon les informations, c’est la première étude à découvrir la présence du virus dans les fluides génitaux.

La recherche a été menée sur 38 patients ayant été guéris après avoir contracté le virus Covid-19. D’après les résultats, le sperme de 6 d’entre eux contenait le virus. Le rapport de l’étude indique que 4 des échantillons avaient été prélevés alors que les patients étaient au stade aigu de l’infection. Quant aux deux autres, ils avaient déjà atteint la phase de rétablissement clinique au moment du prélèvement.

Des résultats à confirmer

Malgré ces résultats, il y a encore certaines informations qui n’ont pas été mentionnées dans l’étude menée par les chercheurs chinois. Par exemple, il n’y a aucune mention concernant la quantité de virus présente dans le sperme. Aussi, les chercheurs n’ont pas vérifié si le virus pouvait effectivement être transmis sexuellement.

Selon John Brooks, qui est médecin-chef de l’organisme de réponse au Covid-19 du Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, les résultats de cette étude ne sont pas assez clairs. Il a toutefois signalé que cela ne voulait pas dire que le sperme n’est pas une source d’infection.

Comme tout résultat d’une étude scientifique, il faudra encore d’autres travaux pour pouvoir confirmer si le nouveau coronavirus peut effectivement être transmis via les rapports intimes. En tout cas, en attendant, les thaïlandais devront se faire une raison.