COVID-19 : Le Darknet regorge actuellement de vaccins et de passeports de vaccination

Comme vous le savez, on peut trouver toute sorte de services illégaux et de produits de contrebande sur le Darkweb. Et comme l’ont prévu les autorités, les vaccins contre le COVID-19 ainsi que les attestations de vaccination y sont maintenant disponibles. Qui plus est, depuis le mois de janvier, l’offre et la demande ne cessent de considérablement croître dans les bas-fonds du web.

Les prix sont très variés, entre 150 et 500 $, selon l’article désiré. Parmi les clients les plus prisés des vendeurs du Darknet, nous pouvons énumérer les Européens. Cela est sûrement dû au protocole de vaccination qui se trouve être particulièrement lent.

Crédits Pixabay

En plus de représenter une menace pour la lutte contre le Sars-CoV-2, il faut être clair sur le fait que ce genre de pratique ne peut qu’exposer les acheteurs à d’innombrables risques.

Les malfaiteurs du Darknet tirent vraiment profit du COVID-19

Parmi les vaccins que les criminels monnayent sur le Darknet, nous pouvons retrouver celui de Pfizer, de J&J, de Moderna et bien d’autres. Pour une dose, les intéressés devront débourser environ 500 $. Une attestation de vaccination coûte 150 $, et le prix d’un faux test négatif au coronavirus ne dépasse pas les 25 $.

Il est clair que ces genres de propositions inondent actuellement le Darknet. Selon Check Point, depuis janvier 2021, avec aujourd’hui plus de 1 200 annonces, la vente de produits illicites liés au COVID-19 a augmenté de 300 % sur le Darknet.

Mais il faut savoir que la qualité des vaccins proposés est loin d’être sûre, outre le fait que la livraison n’est pas du tout garantie. Des membres de Check Point ont justement essayé de se fournir une dose du vaccin chinois, Sinopharm, sur le Darkweb. Après des tractations avec le contrebandier sur Telegram, ils ont payé 500 $ en Bitcoin, pour se faire livrer ce fameux vaccin. Mais jusqu’à présent, aucun colis n’est arrivé.

Ce business représente un danger dans la lutte contre le Sars-CoV-2

Bientôt, afin de circuler librement en Europe, tous les citoyens devront disposer d’un certificat vert numérique. Ce dernier, incluant un test négatif au COVID-19 et une attestation de vaccination permettra de passer les frontières.

Et aux États-Unis, l’absence de preuves de vaccination pourrait empêcher l’accès à divers endroits. Ces procédés seront mis en place dans le but de contrôler la propagation du COVID-19.

Mais les activités des personnes sans scrupules sur le Darknet, en particulier celles qui vendent de faux tests négatifs et des attestations de vaccination contrefaites, risquent de réduire ces efforts à néant.

Pour information, Check Point a vite fait de signaler ces 1 200 annonces illégales auprès d’Europol, l’agence européenne de police criminelle.

Mots-clés Covid-19darknet