Covid-19 : le Missouri va exécuter un prisonnier… en respectant la distanciation sociale

Walter Barton va être exécuté demain par l’État du Missouri, et ce en dépit de la situation sanitaire actuelle. Une décision très critiquée.

Le monde fait actuellement face à une crise sanitaire sans précédent, ou presque, et les États-Unis ne font pas exception à la règle. En réalité et comme le prévoyaient tous les experts de santé, c’est même tout le contraire. Le pays compte désormais plus de 1,5 million de cas confirmés, pour près de quatre-vingt-dix mille décès. Et ce en l’espace de seulement quelques semaines.

Les barreau d'une cellule, en prison

Crédits Pixabay

La situation est préoccupante, mais les états ne voient pas tous les choses de la même manière.

Un prisonnier va être exécuté au Missouri en dépit de la pandémie

Si beaucoup d’entre eux ont préféré placer la population en confinement, certains d’entre eux sont totalement opposés à cette idée. C’est notamment le cas de Mike Parson, le gouverneur républicain à la tête du Missouri.

Non content d’avoir autorisé les entreprises de son état à rouvrir leurs portes, ce dernier a également invité les résidents à sortir de chez eux… sans masque. Et l’on apprend désormais par Slate.com que l’état du Missouri compte procéder à l’exécution d’un prisonnier le 19 mai.

Walter Barton a été reconnu coupable du meurtre de Gladys Kuelher, une femme de 81 ans, meurtre survenu en 1991, et ce en dépit du manque de preuves apportées par l’accusation. Sur les quatre témoins cités, trois ont fini par retirer leurs déclarations en indiquant qu’ils n’étaient pas sûrs d’avoir réellement vu le suspect sur place.

Un crime remontant à 30 ans en arrière

Néanmoins, les efforts des avocats de Walter Barton pour faire réviser son cas n’ont pas porté leurs fruits. L’homme est toujours en prison et son exécution est prévue pour le 19 mai. Soit demain.

Face à la situation sanitaire actuelle, les avocats de Barton ont tenté de faire reculer la date de l’exécution, mais la Cour suprême de l’État a finalement rejeté leur demande. Toutefois, elle a également demandé à ce que soit respecté le principe de distanciation sociale.

Karen Pojmann, la porte-parole du département des services correctionnels du Missouri, a ainsi fait savoir qu’un plan de confinement sera déployé autour de l’exécution du prisonnier afin de préserver la santé des personnes qui assisteront à sa mise à mort.

Une exécution avec « distanciation sociale »

Trois salles de visionnement seront ainsi réquisitionnées : une pour la famille de la victime, une pour la famille du condamné et une dernière pour les journalistes et les médias. Chaque salle ne pourra pas accueillir plus de 10 personnes et ces dernières devront être placées à bonne distance les unes des autres.

Des désinfectants seront également laissés à la disposition des témoins, de même pour des masques.

De leur côté, les avocats de Walter Burton continuent de s’opposer à l’exécution de leur client. Compte tenu de la pandémie, ils ont en effet indiqué de pas avoir pu interroger tous les témoins et ne pas avoir été en mesure de placer le recours qu’ils avaient initialement prévu. Un argument auquel ne semble pas être sensible la Cour suprême du Missouri.

Mots-clés Covid-19