Covid-19 : le mystère de ses origines bientôt élucidé grâce à l’Institut Pasteur ?

La Chine n’est peut-être pas le pays d’origine du coronavirus. Du moins d’après la publication des résultats d’une étude menée au Laos par des chercheurs de l’Institut Pasteur.

Les spéculations ne cessent de se multiplier autour de l’origine de la pandémie de Covid-19. Le rapport d’une mission menée par des chercheurs de l’Institut Pasteur (Paris), de l’Institut Pasteur du Laos et de l’Université nationale du Laos pourrait les éclaircir. Entre fin 2020 et début 2021, l’équipe a étudié différentes espèces de chauves-souris logées dans des grottes calcaires situées dans le nord de ce pays d’Asie du Sud-Est. L’analyse des prélèvements leur a permis de conclure que le virus pourrait provenir de certaines espèces de chauves-souris insectivores de la région. Cela est dû à une forte similitude entre les caractéristiques du SRAS-CoV-2 et celles des agents présents chez ces animaux.

Crédits Pixabay

Il s’avère tout même difficile de se montrer catégorique. En effet, même s’ils peuvent se transmettre à l’homme, les virus découverts ne disposent pas d’un « site furine » comme c’est le cas pour le SARS-CoV-2.

A lire aussi : Covid-19 : bientôt des vaccins pour les jeunes enfants ?

Encore des zones d’ombre

En activant une protéine nommée Spike, ce « site furine » donne au virus la possibilité de mieux accéder dans les cellules humaines. Il est également à l’origine du pouvoir pathogène du SARS-CoV-2. Il existe ainsi un lien manquant qui nécessite une explication. Selon Marc Eloit, un des chercheurs ayant participé à l’étude, l’homme pourrait avoir eu en premier un virus inoffensif qui aurait muté par la suite. Il se pourrait aussi que des virus pathogènes proches de ceux prélevés existent, mais n’ont pas été encore détectés. D’ailleurs, on ne sait pas non plus comment le virus a pu se déplacer entre la Chine et le Laos.

Bien qu’il y ait encore des éléments manquants, Marc Eloit pense que l’Institut Pasteur a fait un grand pas menant vers l’élucidation du mystère autour de l’origine du Covid 19. Cette étude a en effet révélé que la transmission du SARS-CoV-2 de l’animal à l’homme pourrait se faire sans un animal intermédiaire, en l’occurrence le pangolin. Il s’agit d’une nouvelle plutôt encourageante après l’impasse annoncée par les experts de l’OMS concernant l’origine du covid-19 fin août.

A lire aussi : Covid-19 : et maintenant, un variant Mu

Ce qu’en disent les experts de l’OMS

Pour rappel, l’OMS a mandaté 17 experts internationaux pour travailler avec 17 experts chinois afin de clarifier la question. Leur publication du 29 mars 2021 faisant suite à leur étude à Wuhan n’a pas apporté de réponses satisfaisantes. Néanmoins, le rapport présentait quatre hypothèses plus ou moins crédibles. La première est qu’il y avait un animal intermédiaire entre la chauve-souris porteuse du virus et le premier humain infecté. C’est d’ailleurs la plus convaincante.

Pour la seconde, le virus aurait pu être transmis sans animal intermédiaire. Les autres hypothèses, qui sont la transmission par la nourriture et la fuite accidentelle d’un laboratoire, sont considérées comme trop improbables.

Mots-clés Covid-19