COVID-19 : le pourcentage de cas asymptomatiques plus élevé que prévu

Après avoir contaminé plus de 200 millions de personnes dans le monde, le Sars-CoV-2 continue de se répandre, et ce, malgré le fait que les vaccins soient déjà disponibles. Justement, les cas asymptomatiques contribuent largement à la propagation de la maladie.

Des travaux récemment parus dans la revue PNAS nous apprennent d’ailleurs qu’on a sous-estimé le pourcentage de cas asymptomatiques dans toute cette histoire. En effet, en se basant sur les données de 350 études, des chercheurs affirment que parmi les gens infectés par le virus et ses variants, le pourcentage de cas asymptomatiques s’élève jusqu’à 35 %.

Une femme portant un masque pour se protéger de la Covid-19
Crédits Pixabay

Pour ralentir la propagation du virus, il est primordial d’identifier ces fameux porteurs sains. Et pour ce faire, il n’y a pas d’autre solution que les tests.

Les cas asymptomatiques contribuent grandement à la propagation de la COVID-19

Parmi les symptômes légers reconnus de la COVID-19, il y a la toux, une fièvre ou encore la perte du goût et de l’odorat. Toutefois, comme nous le savons très bien, souvent, les individus infectés peuvent ne présenter aucun signe de la présence du virus.

Précédemment, les scientifiques estimaient que ces deniers constituent 20 % des gens contaminés. Mais suite à de récents travaux, il semblerait que ces chiffres soient nettement plus élevés. En réalité, plus de 35 % des personnes touchées par le Sars-CoV-2 seraient des porteurs sains.

Avec ces résultats, les chercheurs affirment que pour une population infectée par le Sars-CoV-2, un individu sur quatre peut ne présenter aucun signe. Et cela contribue fortement à la propagation de la maladie, car sans le savoir, les gens asymptomatiques répandent le coronavirus vu qu’ils se sentent en pleine forme.

Tester est l’un des meilleurs moyens de contenir cette pandémie.

Bien sûr, la vaccination et le respect des mesures barrières sont des armes de choix pour éradiquer le Sars-CoV-2. Mais en parallèle, il est crucial d’identifier les porteurs sains afin d’empêcher le Sars-CoV-2 de se propager davantage. Et pour ce faire, il n’y a pas d’autre solution que de pousser ces derniers à se faire tester.

Mais cela pose problème. En effet, contrairement aux gens qui présentent les symptômes d’une infection au Sars-CoV-2, les individus asymptomatiques ne voient pas l’utilité de se faire tester.

Il incombe donc aux autorités sanitaires de trouver un moyen d’étendre les tests afin que ces derniers soient pris en charge, pour enfin voir cette pandémie être contenue.

Mots-clés Covid-19