Covid-19 : Le Royaume-Uni entre officiellement en récession économique

Les économistes l’ont prédit, un ralentissement de la croissance économique est inévitable à cause de la pandémie de coronavirus. Et même si la situation est plus ou moins contenue au niveau de certains pays, chez d’autres, le constat est amer.

Selon les chiffres de l’Office for National Statistics, au Royaume-Uni, le PIB a chuté de 20,4 % au deuxième trimestre 2020, la plus forte baisse jamais que le Royaume-Uni ait connu depuis 11 ans. Ce mercredi, les autorités ont ainsi déclaré que le pays est officiellement entré en récession économique.

Vue du Parlement Britannique à côté de Big Ben

Photo d’Adam Derewecki. Crédits Pixabay

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Les mesures de verrouillage mises par le gouvernement pour combattre la pandémie ont en effet eu pour effet une l’inflation économique problématique. Une situation qui met le gouvernement britannique dos au mur, conscient des conséquences à venir.

La spirale de la récession est en marche

Le PIB britannique a commencé à baisser brusquement vers la fin du mois de mars. Le Covid-19 se propageant rapidement parmi la population, le gouvernement était immédiatement obligé de prendre des mesures radicales afin d’en contenir l’expansion.

Par conséquent, au premier trimestre 2020, la consommation a ralenti et le PIB britannique a enregistré une chute de 2,2 %. Et apparemment, les impacts de la crise sanitaire n’en étaient qu’à leurs débuts, ouvrant une voie à une baisse beaucoup plus importante au cours du deuxième trimestre, de l’ordre de 20,4 %.

Le chancelier du Trésor britannique, Rishi Sunak de rassurer que « personne ne sera délaissé », tout en affirmant que cet effet de la crise était incontournable. En effet, des milliers de sujets de Sa Majesté ont depuis perdu leur emploi et le taux de chômage ne cessera pas d’augmenter de sitôt.

Une crise économique d’envergure mondiale

Selon les statistiques publiées le 31 juillet dans la zone euro, les pays les plus touchés par la pandémie, à l’instar de la France, l’Italie et l’Espagne sont également en récession économique. La zone enregistrant une baisse globale de son PIB de l’ordre de 12,1 % sur le deuxième trimestre 2020.

Du côté des États-Unis, la récession économique a également été constatée depuis le début du mois de février selon les experts. D’ailleurs, l’économie américaine a également enregistré une autre baisse de régime début juin, de l’ordre de 10 % d’après Business Insider.

Pour autant, c’est la moitié de la baisse enregistrée outre-Manche, un record pour l’économie britannique qui est donc maintenant en phase de récession.