Covid-19 : le vaccin élaboré par Oxford montre des signes encourageants

Les recherches concernant les vaccins qui pourraient être efficaces contre le Coronavirus avancent à grands pas. Le 14 juillet 2020, l’entreprise de biotechnologie Moderna et l’Institut National de la Santé, aux États-Unis, ont annoncé que le vaccin mrNA-1273 allait entrer dans sa troisième et dernière phase d’essais cliniques, après des résultats encourageants à l’issue des premiers tests.

Le lundi 20 juillet 2020, des résultats publiés dans la revue médicale « The Lancet » ont révélé que deux vaccins britannique et chinois ont généré « une forte réponse immunitaire » et ont démontré leur sûreté pour les patients durant la phase préliminaire (phase 1/2 et phase 2) des essais cliniques.

Une femme portant un masque pour se protéger du coronavirus

Photo de Juraj Varga. Crédits Pixabay

Le premier vaccin est appelé AZD1222. Il est développé par l’université d’Oxford avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca. Une forte réponse immunitaire a été observée chez plus de 1000 patients. Le deuxième vaccin est soutenu par CanSino Biologics. Celui-ci a engendré une forte réaction en termes d’anticorps chez près de 500 participants.

Des résultats encourageants

Il faudra encore attendre longtemps avant que ces vaccins soient complètement validés. Néanmoins, ces résultats restent encourageants, d’après Sarah Gilbert, chercheuse à l’Université d’Oxford.

« Il reste encore beaucoup de travail à faire avant de pouvoir confirmer si notre vaccin aidera à gérer la pandémie de Covid-19, mais ces premiers résultats sont prometteurs. Nous ne savons toujours pas quelle est la force de la réponse immunitaire que nous devons provoquer pour protéger efficacement contre l’infection par le SARS-CoV-2 » a-t-elle déclaré.

À lire aussi : Le Covid-19 se transmettrait plus rapidement à présent

En attente de la phase 3

Bien que ces résultats soient prometteurs, les chercheurs restent réalistes et attendent que les vaccins entrent dans la troisième phase d’essais cliniques qui devra se faire sur plus de patients.

« On ne sait pas encore si ces niveaux d’immunités peuvent protéger l’infection (…) ni si ce vaccin peut protéger les plus fragiles des formes graves de Covid-19 », a souligné Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni.

De son côté, Sarah Gilbert se veut optimiste : « Si notre vaccin s’avère efficace, c’est une option prometteuse, car ce type de vaccin peut être fabriqué facilement à grande échelle. »

Il est à noter que l’utilisation de ces deux vaccins présente moins de risques pour les patients, car ils sont basés sur adénovirus modifié, qui ne se réplique pas.

Aucun effet indésirable grave n’a été observé chez les patients sur lesquels ces vaccins ont été testés. Les chercheurs ont juste noté de la fièvre, de la fatigue et une douleur au point d’injection du vaccin chez certaines personnes.

À lire aussi : Covid-19, des résultats prometteurs pour un vaccin de Moderna