Covid-19 : le vaccin russe ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs

Mi-août 2020, la Russie a suscité la surprise générale en annonçant avoir développé un vaccin efficace contre le COVID-19. Baptisé « Spoutnik V » en l’honneur du premier satellite soviétique à avoir été envoyé dans l’espace, le vaccin aurait déjà reçu l’approbation des autorités réglementaires.

Le vaccin a été élaboré par le ministère de la Défense, le Fonds d’investissement direct de Russie (RFPI) et le Centre d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleïa de Moscou. C’est avec fierté que la Russie a insisté sur le fait qu’il s’agit du tout premier vaccin anti-COVID-19 qui est prêt à l’utilisation.

crédits pixabay

Dans une étude récemment publiée dans la revue The Lancet, les chercheurs ont indiqué avoir testé Spoutnik V avec succès. Ils ont affirmé que le vaccin était parfaitement « sûr et bien toléré » par les quelques volontaires qui l’ont reçu. Leurs confrères européens sont cependant sceptiques quant à l’efficacité du vaccin, et ils l’ont fait savoir dans une lettre ouverte signée par une trentaine d’experts.

« Des incohérences potentielles des données »

Alors que l’étude publiée dans The Lancet affirme que tous ceux qui ont participé aux essais cliniques ont produit des concentrations élevées d’anticorps, les chercheurs européens ont cependant émis des doutes concernant les chiffres communiqués par l’étude, et ils ne se sont pas montrés tendres.

Dans la lettre ouverte, ils ont pointé du doigt des « incohérences potentielles des données » qui, selon eux, rendaient les résultats de l’étude « hautement improbable ». Les chercheurs ont bien évidemment démontré, schéma à l’appui, tout ce qui ne colle pas dans les données et les chiffres communiqués par leurs confrères russes à propos de ce fameux vaccin anti-COVID-19.

À lire aussi : Covid-19 : les essais d’un vaccin suspendu après qu’un patient ait montré des effets indésirables graves

Le vaccin a été déployé dans toute la Russie

Comme il fallait s’y attendre, la Russie a décidé de ne pas tenir compte des réticences européennes en ce qui concerne son vaccin.

Le président Vladimir Poutine a d’ailleurs annoncé le déploiement des premiers échantillons de vaccin Spoutnik V, indiquant que le personnel médical et les enseignants seraient les premiers à le recevoir. Les personnes à risque seront ensuite les prochains.

Ainsi depuis le 14 septembre, des lots de vaccin anti-COVID-19 ont été acheminés partout en Russie. Le ministère de la Santé a aussi annoncé le déploiement d’une application mobile qui va permettre aux personnes vaccinées de partager des informations sur leur état de santé. Les données seront ensuite recueillies et utilisées par les chercheurs pour étudier les effets du vaccin et l’améliorer.

À lire aussi : Covid-19, un vaccin allemand soutenu par Elon Musk