Covid-19: Les Big Tech assurent la rémunération continuelle des employés horaires touchés par les répercussions de l’épidémie

Mises à part la santé publique et l’économie mondiale, l’industrie technologie fait également partie des domaines les plus touchées par le nouveau coronavirus Covid-19. Alors que certaines entreprises ont préféré fermer boutique dans certaines régions les plus touchées par l’épidémie, d’autres limitent au maximum les déplacements de leurs employés tandis que le reste préfère faire travailler leur personnel chez eux pour éviter tout risque de contamination.

Mais si les activités des entreprises – et leurs chiffres d’affaires – sont ainsi chamboulés, qu’en est-il de la rémunération des salariés ? Et en particulier, les employés qui ne travaillent pas à temps plein mais occasionnellement ou qui sont payés à l’heure ? Justement, TechCrunch y répond. Dans un article du 6 mars 2020, le site d’information rapporte que Microsoft a annoncé qu’elle continuerait à payer les travailleurs horaires touchés par les fermetures de bureaux.

Crédits Pixabay

Peu de temps après l’annonce, Facebook lui a emboîté le pas et le géant des médias sociaux ne fut pas le seul puisque d’autres firmes se sont jointes à eux dont Amazon, Google et Twitter.

Microsoft invite les « grands employeurs » à se manifester

Dans un article de blog annonçant la décision de Microsoft, Brad Smith, le président de la société, a déclaré qu’ :

Alors que le travail de protection de la santé publique doit s’accélérer, l’économie ne peut pas se permettre de ralentir. En tant qu’entreprise, nous nous engageons à faire de la santé du public notre première priorité et à faire ce que nous pouvons pour réduire l’impact économique et social de Covid-19. Nous sommes conscients que ce qui est abordable pour un grand employeur peut ne pas l’être pour une petite entreprise, mais nous pensons que les grands employeurs qui peuvent se permettre de prendre ce type de mesure devraient envisager de le faire.

Bien que nous nous demandons si cette déclaration a fait office de main tendue aux autres entreprises ou un défi lancé, cela a eu pour effet d’amener d’autres entreprises dans son sillage, notamment Facebook qui a déclaré dans un e-mail envoyé par sa porte-parole Chloé Meyère :

Nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour nous assurer de prioriser la santé et la sécurité de notre équipe. Facebook paiera les travailleurs occasionnels qui ne peuvent pas travailler en raison de la réduction des besoins en personnel lorsque nous fermons un bureau, lorsque nous choisissons d’envoyer un employé à la maison ou lorsqu’il est malade.

Les entreprises de transport et de livraison sont aussi enjointes à suivre le mouvement

Le site d’information américain Axios a également rapporté qu’Amazon, Google et Twitter ont pris la même initiative. Dans une déclaration faite à Axios, Amazon a assuré :

Nous continuerons à payer tous les employés horaires qui soutiennent notre campus à Seattle et Bellevue – du service alimentaire, des gardes de sécurité au personnel de conciergerie – pendant que nos employés sont invités à travailler à domicile. De plus, nous subventionnerons un mois de loyer pour les petites entreprises locales qui opèrent à l’intérieur de nos immeubles afin de les soutenir pendant cette période.

Toutefois, si les entreprises numériques se mobilisent, ou se défient, le sénateur démocrate Mark Warner, de Virginie, a tenu à attirer l’attention d’autres sociétés comme Uber, Lyft, Postmates et Doordash pour qu’elles contribuent également à indemniser les travailleurs affectés par le coronavirus. Il leur a même mis la pression en leur écrivant les propos suivants :

Je vous exhorte vivement à tenter de remédier aux difficultés financières potentielles de vos travailleurs s’ils sont malades ou doivent s’auto-mettre en quarantaine pendant cette période. Afin de limiter la propagation de Covid-19, il est essentiel que les sociétés de plateformes donnent l’exemple en s’engageant à ce que l’incertitude économique ne dissuade pas leurs travailleurs de suivre les conseils de santé publique.

En d’autres termes, il est fortement demandé aux entreprises technologiques de soutenir leurs employés dans cette période difficile pleine de doutes, d’inquiétudes et d’incertitudes.