Covid-19 : les cas de réinfection seraient des faux positifs selon l’OMS

En Corée du Sud, les autorités sanitaires s’inquiètent face à la vague de réinfection qui a été observée depuis le mois d’avril. D’après les médecins sud-coréens, des centaines de patients guéris du Covid-19 ont à nouveau été testés positifs, peu de temps après leur sortie de l’hôpital.

Les chercheurs du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), en Corée du Sud, ont tenté de trouver une explication à ces cas de réinfection. En avril 2020, ils ont suggéré que le virus aurait peut-être la capacité de se réactiver. Cette hypothèse a, depuis, été écartée par les déclarations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Crédits Pixabay

D’après l’OMS, ces cas de réinfection seraient juste dus à des faux positifs.

L’OMS un évoque processus normal de guérison

Au micro de la BBC, l’épidémiologiste Maria Van Kerkhove, responsable technique pour l’OMS, a fait savoir que les tests étaient induits en erreur par la présence de cellules mortes dans les poumons des patients.

« En réalité, lorsque les poumons guérissent, il y reste des cellules mortes présentes à l’intérieur de l’organe. Ces cellules finissent pas ressortir par les voies aériennes et ce sont des fragments de poumons qui rendent le test positif à la PCR. »

Maria Vak Kerkhove a déclaré qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une réactivation du virus.

« Ce n’est pas du virus encore infectieux, ce n’est pas une réinfection, ce n’est pas une réactivation. Ce sont des cellules créées en phase de guérison qui sont prélevées dans les tests et qui les rendent positifs. »

Des patients immunisés ?

Les déclarations de Maria Vak Kerkhove ont remis sur le tapis la question de l’immunité. Actuellement, tout le monde se demande si le fait d’avoir guéri du Covid-19 pourrait conférer une immunité aux patients.

Pour le moment, aucun élément ne permet de répondre à cette question. « Nous n’avons pas de réponse. » a déclaré Maria Vak Kerkhove. Jusqu’à maintenant, les études menées pour déterminer l’immunité des patients ont montré que la plupart d’entre eux ne développaient pas « les anticorps nécessaires pour se protéger. »

Les chercheurs doivent effectuer des études plus poussées avant de pouvoir se prononcer sur l’immunité des patients. La tâche s’annonce ardue car le Covid-19 n’a pas encore livré tous ses secrets.