Covid-19 : Les chercheurs s’inquiètent de l’efficacité des vaccins face au variant apparu en Afrique du Sud

Selon les dernières informations, les scientifiques craignent que les vaccins COVID-19 aujourd’hui disponibles ne soient pas efficaces contre le nouveau variant de coronavirus identifié en Afrique du Sud, le variant 501.V2.

D’après les développeurs de vaccins comprenant le PDG de BioNTech, le Dr Uğur Şahin et John Bell, professeur de médecine à l’Université d’Oxford, dans le cas où la variante sud-africaine résiste aux vaccins disponibles, il faudrait modifier les vaccins pour augmenter leur efficacité. Toutefois, cela prendra environ six semaines.

Crédits Pixabay

Ces experts mènent actuellement des recherches sur le variant 501. V2 et sur celui identifié au Royaume-Uni, le variant B.1.1.7 afin de déterminer si 501.V2 n’est effectivement pas vulnérable aux vaccins COVID-19.

Ce que l’on sait à propos du nouveau variant sud-africain 501.V2

L’émergence des nouveaux variants sud-africain et britannique n’est en soi pas du tout surprenante, car comme les chercheurs le soulignent, les virus sont sujets à des mutations  quand ils se reproduisent. Et c’est le cas avec le coronavirus SARS-CoV-2.

Ainsi, les variants 501. V2 et B.1.1.7 partagent quelques mutations similaires. Toutefois, le variant 501. V2 possède des mutations supplémentaires préoccupantes. La protéine de pointe de 501. V2 localisée à la surface du virus qu’il utilise pour pénétrer les cellules humaines contient plus de mutations que chez le variant B.1.1.7.

Ce qui laisse supposer que 501.V2 peut présenter un problème vu que ces multiples mutations rendent sa protéine de pointe méconnaissable pour le système immunitaire. Alors que la plupart des vaccins COVID-19 disponibles devraient permettre le système immunitaire de reconnaître cette protéine de pointe.

501.V2 pourrait au fil du temps rendre les vaccins moins efficaces

D’après Public Health England, une agence exécutive du ministère de la Santé et des Affaires sociales, actuellement, il n’existe pour le moment aucune preuve suggérant que les vaccins COVID-19 ne protégeraient pas à la fois contre les variants B. 1.1.7 et 501. V2.

Toutefois, les tests neutralisants nous en diront plus long. Justement, ces expériences consistent à  voir si les anticorps obtenus après vaccination sont capables de stopper une infection aux nouvelles versions du virus. Pour réaliser ces tests, les experts utilisent à la fois du sang de personnes vaccinées et de ceux qui ont contracté le virus et développé des anticorps naturellement.

Ceci dit, selon plusieurs experts, il faudrait probablement des années de mutation au coronavirus et non des mois pour pouvoir déjouer les vaccins disponibles. Rendre les vaccins inefficaces est donc un processus sur une échelle de plusieurs années et cela nécessitera l’accumulation de plusieurs mutations virales.

En d’autres termes, les vaccins anti COVID-19 ne seraient pas ponctuellement inefficaces contre le variant 501. V2, mais progressivement, au fil du temps.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de l’évolution des choses.