Covid-19 : les clusters américains auraient pu être prévus… avec les recherches sur Internet

Nombre d’internautes ont pour réflexe de recourir à Docteur Google afin d’obtenir des informations médicales. Généralement, les symptômes les plus courants associés au Coronavirus sont la toux, la fièvre et les difficultés respiratoires. Cependant, les recherches ayant rapport avec des symptômes gastro-intestinaux (GI) semblent plus courantes dans les régions les plus contaminées.

Les scientifiques ont alors examiné la corrélation entre la pandémie et le taux de recherches liés aux symptômes (GI) entre janvier et avril.

Crédits Pixabay

Il s’agit notamment de la douleur abdominale et de la diarrhée. D’après l’étude, menée aux États-Unis, le nombre de recherches anonymes de symptômes sur Internet pourrait permettre la prédiction des prochains foyers de contagion au Covid-19.

L’étude a été effectuée dans 15 États américains et les résultats ont été publiés dans la revue Clinical Gastroenterology and Hepatology. Dans la plupart des États étudiés, les recherches étaient suivies d’une confirmation de cas dans les trois ou quatre semaines qui suivaient.

Les symptômes gastro-intestinaux comme signe d’une infection par Covid-19

« Nous avons identifié des symptômes GI communs attribués au Covid-19 qui comprenaient l’agueusie ou la perte de goût, les douleurs abdominales, la perte d’appétit, l’anorexie, la diarrhée et les vomissements », a expliqué Imama Ahmad, gastro-entérologue du North Shore Medical Center à Salem, Massachusetts et auteur de cette étude.

«  Nos données soulignent l’importance des symptômes gastro-intestinaux comme signe d’une infection par Covid-19. »

« Le nombre des recherches sur les symptômes GI a précédé la confirmation des cas de Covid-19 de manière prévisible, sur un délai d’une à deux semaines », a ajouté Ahmad. Il a noté que le décalage observé pourrait être corrélé avec disponibilité des tests, la déclaration, ou encore la période d’incubation plus longue du Covid-19 par rapport à celle de la grippe.

À lire aussi : Covid-19, 7 lignées identifiées au Nigeria

Pour mieux anticiper les points chauds

D’après les scientifiques, ce lien n’est pas tout à fait surprenant. Les requêtes des moteurs de recherche les ont déjà alertés lors d’une épidémie de grippe. En utilisant la même technique, les autorités sanitaires pourraient obtenir des renseignements utiles sur la propagation du Covid-19 et sur la région qui pourrait devenir des points chauds.

Ainsi, cette technique serait particulièrement efficace pour identifier les foyers de contagion. Les États qui ont eu la plus forte incidence de cas pendant la période d’étude étaient New York, le New Jersey, la Californie, le Massachusetts et l’Illinois. En outre, les recherches sur l’agueusie, la perte d’appétit et la diarrhée ont particulièrement présenté des liens étroits avec le Covid-19.

Selon Ahmad et son équipe, Google Trends pourrait être d’une aide précieuse dans la lutte contre les pandémies comme le Covid-19. Rappelons que l’outil de Google Labs permet d’avoir une idée précise de la fréquence à laquelle un terme a été tapé dans le moteur de recherche.

À ce propos, Google a récemment annoncé qu’il rendra ce type de données plus accessibles pour venir en aide aux scientifiques.

À lire aussi : Covid-19, le vaccin russe ne fait pas l’unanimité chez les chercheurs

Mots-clés Covid-19santé