Covid-19 : les corps des personnes décédées restent contagieux

D’après une récente recherche, les corps des personnes décédées à cause du Covid-19 restent contagieux. En Thaïlande, un médecin légiste et une infirmière auxiliaire ont été contaminés par le SARS-CoV-2 dans le cadre de leur métier. À l’heure actuelle, aux États-Unis, les cadavres des victimes sont stockés dans un camion réfrigéré, faute de place à la morgue.

Cette pénurie d’espace pour les morts expose les médecins et infirmiers légistes à de grands risques.

Crédits Pixabay

Dans ce pays d’Asie du Sud-est, environ deux cents personnes ayant été infectées au coronavirus sont des cas importés. Puisque ces professionnels ne pouvaient pas être contaminés en dehors du travail ou par un patient, les scientifiques ont déduit que la maladie provenait des contacts qu’ils ont eus avec les corps des victimes.

Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que les agents pathogènes qui tuent survivent rarement après la mort. Elle a précisé que les cadavres ne devraient présenter aucun risque pour la santé, sauf dans quelques cas particuliers, comme le choléra et la tuberculose.

Combien de temps le virus peut-il survivre à l’intérieur d’un cadavre ?

« Ce médecin légiste travaillant à Bangkok, en Thaïlande, a probablement attrapé le virus d’un patient décédé. Ceci marque le premier cas d’une infection à partir d’un cadavre et d’un décès parmi le personnel médical d’une unité de médecine légale », ont publié les chercheurs.

Ainsi, la longévité du SARS-CoV-2 dans un corps refroidi constitue également un sérieux problème pour les personnes qui travaillent dans l’industrie funéraire. Les scientifiques ont, alors, été confrontés à la question de la durée de vie du coronavirus dans un corps sans vie.

« Il n’est pas surprenant que le corps d’une victime du COVID-19 récemment décédé puisse être contagieux. Un cadavre le serait au moins pendant des heures, voire des jours, car le virus sera toujours en train de se reproduire dans des cellules qui ne sont pas encore mortes dans les poumons », a déclaré le Pr Otto Yang, qui a participé à l’étude.

Suite à la contamination de ces deux professionnels de la santé, le chef de département des services médicaux thaïlandais a toujours déclaré que les corps n’étaient pas contagieux. Heureusement, depuis cet incident, les temples en Thaïlande n’accueillent plus les cérémonies d’obsèques des victimes du Covid-19.

Une panoplie d’équipements de protection

Après cette découverte, les scientifiques ont préconisé un certain nombre de mesures de précautions en ce qui concerne la manipulation des cadavres.

Désormais, les médecins, infirmiers et agents sanitaires sont tenus de porter une panoplie d’équipements de protection : une combinaison, des gants, des lunettes de protection, une casquette et un masque.

« La procédure de désinfection utilisée dans les salles d’opération devrait également être appliquée dans les unités de pathologie et de médecine légale », ont précisé les experts.