Covid-19 : les masques en coton plus efficaces que les masques en tissus synthétiques ?

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, plusieurs études ont déjà été effectuées pour vérifier l’efficacité des masques pour se protéger contre le coronavirus. Dernièrement, des chercheurs ont procédé à des tests pour comparer les masques en coton et les masques fabriqués avec des matériaux synthétiques comme le polyester et le nylon.  D’après les résultats, ceux fabriqués en coton sont plus efficaces que les autres en ce qui concerne le filtrage des particules de coronavirus.

Cette supériorité des masques en coton naturel n’est pas la seule chose découverte pas les chercheurs. Ces derniers ont en effet trouvé que le haut niveau d’humidité causé par la respiration d’une personne aide à améliorer les propriétés de filtration des masques en coton de 33 %. Quant aux matériaux synthétiques, il n’y a pas d’amélioration notable lorsqu’ils sont exposés à un haut niveau d’humidité.

Crédits Pixabay

Les données obtenues lors des tests ont aussi montré que les masques chirurgicaux et ceux utilisés par le personnel médical ne sont pas affectés par l’humidité. Néanmoins, leur efficacité est au moins égale à celle des masques en coton.

A lire aussi : Voilà comment Matrix va peut-être te permettre de doubler ton salaire

Les tests effectués

Ce sont les scientifiques travaillant à l’US National Institute of Standards and Technology qui ont mené des tests de comparaison entre les propriétés de filtration de plusieurs matériaux destinés à la fabrication de masques. Les chercheurs ont placé des morceaux de matériaux dans une petite boîte où l’humidité a été réglée à 99%. Ce niveau équivaut à ce que l’on peut rencontrer lors de la respiration.

Après cela, les échantillons ont été placés par-dessus un tube qui pompe l’air et les particules à la même vitesse et avec la même force qu’une respiration normale. Pour simuler les particules de coronavirus, les scientifiques ont utilisé des particules de sel dont la taille était comprise entre 50 et 825 nanomètres. Ces particules ont été éjectées par le tube à travers les échantillons de matériau, et il suffisait ainsi de compter le nombre particules avant et après le passage.

Au cours des tests, 9 différents types de coton ont été utilisés, et lorsqu’ils ont été soumis à l’humidité, il s’avère que leur capacité à filtrer les particules a augmenté de 12 à 45 %. D’un autre côté, 6 types de matériau synthétique ont été testés, incluant le nylon et le polyester. Les résultats ont montré que ces matériaux n’étaient pas très efficaces comparé au coton, que ce soit avec ou sans l’humidité.

Finalement, les chercheurs ont aussi mené des tests avec des masques chirurgicaux et des respirateurs N95. Ceux-ci ont montré un même niveau de filtration dans les différentes conditions d’humidité.

A lire aussi : Enfin un reconnaissance faciale compatible avec les masques

L’explication des résultats

Selon les chercheurs, le coton devient plus efficace lorsqu’il est humide car ses fibres sont hydrophiles, c’est-à-dire qu’elles absorbent l’eau. Lorsqu’une personne respire, cela crée ainsi un environnement humide dans le matériau. Quand il y a des particules microscopiques qui tentent de traverser le coton, comme c’est le cas des gouttelettes pouvant contenir le coronavirus, ces particules vont absorber plus d’humidité et devenir plus grosses. Après cela, il leur sera plus difficile de traverser le matériau et elles vont ainsi rester prisonnières du masque.

En ce qui concerne les matériaux synthétiques, ils sont hydrophobes et n’absorbent donc pas l’eau. Les gouttelettes qui passent n’augmentent ainsi pas de volume et l’efficacité du masque n’augmente ainsi en rien.

Cette étude a permis de montrer que le coton était finalement un très bon matériau pour la fabrication des masques. Ces nouvelles informations encourageront peut-être ceux qui sont encore réticents à porter un masque.