Covid-19 : un médicament à la fin de l’année ?

La Covid-19 a vu naître plusieurs vaccins. Il n’existe cependant aucun traitement à l’heure actuelle. Les Etats-Unis veulent visiblement que cela change puisque le gouvernement américain a annoncé un investissement de 3,2 milliards de dollars pour l’élaboration d’un médicament.

Une pilule miracle qui pourrait être mise à la disposition des Américains dès la fin de l’année.

Des pilules entassées les unes sur les autres
Crédits Pixabay

La Covid-19 n’a aucun traitement. Du moins pas à ce stade et pas alors que nous écrivons ces lignes.

La Covid-19, une maladie toujours sans traitement

Les vaccins disponibles sur le marché sont nombreux, bien sûr, mais ils ne sont pas là pour nous guérir de la maladie. Plutôt pour nous en prémunir. Une personne vaccinée pourra donc toujours être infectée par le virus, en revanche elle ne développera aucun de ses symptômes graves.

Par effet de bord, cela veut également dire qu’une personne infectée par le SARS-CoV-2 et développant une forme grave de la Covid-19 sans être vaccinée ne pourra compter que sur son propre système immunitaire pour vaincre la maladie. S’il existe des traitements pour le soulager, il n’y a encore aucun médicament permettant de guérir du virus.

Et c’est un problème. C’est un problème, car tout le monde n’a pas forcément accès à un vaccin. C’est aussi un problème, car une personne vaccinée met plusieurs semaines, si ce n’est plusieurs mois, à être totalement protégée des effets graves du virus.

A lire aussi : Covid-19, une propagation facilitée par le pollen ?

Les vaccins protègent, mais ne guérissent pas

La HSS, le département américain de la Santé et des Services Sociaux, souhaite justement y remédier. Et il est prêt à se donner les moyens de ses ambitions. Le New York Times nous apprend en effet que le gouvernement américain a débloqué une somme de 3,2 milliards de dollars pour financer l’élaboration d’un traitement contre la Covid-19.

Un programme spécial, donc, mais qui ne partira pas de zéro. En effet, des essais cliniques sont actuellement en cours et cette manne financière aura principalement pour but d’accélérer les choses.

A lire aussi : Covid-19, l’erreur des vaccins obligatoires

3,2 milliards de dollars pour renforcer la recherche

A ce stade, bien sûr, la prudence reste de mise, mais le Times indique dans son article qu’une première version d’un médicament pourrait être lancée sur le territoire américain à la fin de l’année 2021.

Si les délais peuvent sembler un peu courts, il faut rappeler que de nombreux chercheurs travaillent sur des médicaments depuis le début de la pandémie. Cette manne providentielle devrait donc leur permettre de mener des essais cliniques plus poussés et d’accélérer le mouvement.

Mots-clés Covid-19