Covid-19 : la nouvelle souche rendra-t-elle les vaccins inutiles ?

Ces derniers jours, de nombreux pays ont vu l’apparition de cas d’infection causés par une nouvelle souche du virus SARS-CoV-2, alors que l’ « ancienne » continue toujours de faire des victimes. Cette nouvelle souche provoque l’inquiétude chez les scientifiques qui craignent qu’elle ne puisse être combattue avec les nouveaux vaccins qui commencent actuellement à être distribués.

En faisant des comparaisons avec d’autres variantes, les chercheurs ont observé que la nouvelle souche présentait des mutations au niveau de la protéine spiculaire. Selon les spécialistes, ces nouvelles mutations pourraient altérer la biochimie du spicule et avoir des effets sur la transmissibilité du virus.

Crédits Pixabay

Mais ce qui est plus grave, c’est que la protéine spiculaire en question est à la base des vaccins développés pour lutter contre la pandémie. Les mutations pourraient ainsi rendre les vaccins inefficaces.

Une protéine spiculaire c’est quoi ?

Pour survivre, les virus ont besoin de trouver un hôte. C’est la raison pour laquelle ils infectent les cellules en pénétrant à l’intérieur pour se multiplier. Les cellules humaines ont toutefois évolué au cours du temps pour pouvoir se protéger contre ces invasions. Parmi les systèmes de défense les plus importants d’une cellule, il y a sa couche extérieure constituée de matière grasse, qui retient également les enzymes, les protéines, ainsi que l’ADN de la cellule. Cette surface extérieure est aussi chargée négativement et possède un effet répulsif.

De leur côté, les coronavirus sont également enveloppés d’une membrane grasse, et pour pénétrer à l’intérieur des cellules, ils doivent se servir de protéines, le plus souvent des glycoprotéines, pour fusionner leur membrane avec celle de la cellule. Pour le SARS-CoV-2 en particulier, cette protéine, dénommée protéine spiculaire, est une unique glycoprotéine.

Une protéine spiculaire est composée d’une chaine linéaire de 1 273 acides aminés, le tout attaché à l’aide d’un maximum de 23 molécules de sucre. Les protéines spiculaires se collent généralement entre elles et trois molécules spiculaires s’attachent pour former une unité « trimère » fonctionnelle. Pour le cas du SARS-CoV-2, la protéine spiculaire est placée à la surface de la particule sphérique du virus, et chaque virus possède à peu près 26 unités trimères. L’une de ces unités va s’unir avec une protéine appelée ACE2 se trouvant à la surface de la cellule. Cela va enclencher l’adhésion de la particule virale et la fusion des membranes.

A lire aussi : Si nous sommes aussi sensible à la Covid-19, c’est peut-être à cause de l’homme de Néandertal

Les problèmes causés par une mutation

Pour contrer l’action des virus, les vaccins sont généralement développés en se basant sur les protéines spiculaires. Pour ce qui est de SARS-CoV-2, les vaccins produits par Pfizer/BioNTech et Moderna donnent des instructions à notre système immunitaire pour que celui-ci produise une version de la protéine spiculaire. Cette production va à son tour enclencher le processus de production d’anticorps et de cellules T.

Ainsi, une des sources d’inquiétude concernant les vaccins est que la protéine spiculaire du SARS-CoV-2  change au cours de l’évolution du virus. Parmi les mutations, il y en a celles qui affectent négativement le virus, mais il y a aussi celles qui peuvent lui donner un avantage. Il y a par exemple les mutations au niveau de la protéine spiculaire qui vont empêcher les anticorps de s’y attacher. D’autres pourraient aussi rendre la protéine plus « collante ».

A lire aussi : Une autre variante encore plus contagieuse pour la Covid-19

C’est la raison pour laquelle la découverte de cette nouvelle souche du coronavirus peut être inquiétante. Il pourrait y avoir un impact sur le contrôle de la propagation du SARS-CoV-2. Il faudrait ainsi continuer les tests pour savoir si les nouveaux vaccins pourront toujours être efficaces.

Mots-clés Covid-19