Covid-19 : on en sait plus sur les origines de la seconde vague

Les voyages internationaux ont bien été responsables de la seconde vague de Covid-19 en Europe. La nouvelle étude qui confirme cela annonce également une quatrième vague potentielle.

La pandémie de coronavirus paralyse le monde depuis mars 2020. Après une première vague particulièrement éprouvante, les Français ont pu profiter de l’été 2020 pour se détendre. Le gouvernement français — comme d’autres en Europe — a assoupli les restrictions pour permettre aux gens de voyager. Mais à la fin du même été, les chiffres de Covid-19 avaient augmenté de manière alarmante, entraînant une deuxième vague. À l’époque, tout indiquait que l’impact des voyages internationaux était la cause de cette résurgence.

Un homme en combinaison en train de marcher
Crédits Pixabay

Le 30 juin dernier, la revue scientifique Nature a publié un article confirmant l’impact de l’ouverture des frontières sur la reprise épidémique. Il s’agit du travail d’une équipe de scientifiques de la KA Leuven et de l’Université libre de Bruxelles.

A lire aussi : Après la Covid-19, un autre virus respiratoire grave touchant les enfants

Des souches étrangères majoritaires à la reprise

La recherche a porté sur plusieurs pays européens, dont la France, la Belgique, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les données recueillies ont révélé un fait particulièrement intéressant. Les souches étrangères du coronavirus SRAS-CoV-2 introduites à la mi-juin représentaient plus de la moitié des cas recensés en Europe, lors de la reprise épidémique. Cette proportion prouve donc l’effet des voyages internationaux sur l’apparition de la deuxième vague.

L’introduction de nouvelles souches a également permis l’installation massive des variants. Rappelons que l’apparition du variant Alpha ou anglais, l’an dernier, avait rapidement inquiété les autorités européennes. Celui-ci a rapidement progressé pour devenir la souche dominante dans plusieurs pays. Les mutations Alpha, Sud-Africaine puis Brésilienne s’étaient ensuite rapidement répandues à travers le vieux continent.

A lire aussi : Covid-19 : le CDC conseille le port du masque pour les personnes vaccinées

Une inquiétante quatrième vague avec le variant Delta ?

Les chercheurs belges font la comparaison avec les feux de forêt pour expliquer cette progression fulgurante. Un incendie de forêt part souvent d’un petit foyer, mais l’apparition d’autres foyers peut rapidement lui donner de l’ampleur. La multiplication des feux monte en intensité pour amener à un incendie ravageur et destructeur.

L’arrivée de nouvelles souches du coronavirus à la mi-juin 2020 a accéléré la circulation du virus dans les régions où elle était faible. L’incidence relativement basse pendant la saison estivale a également joué un rôle déterminant dans l’arrivée de la seconde vague. La circulation du virus a pu bénéficier de chaînes de transmission actives plus importantes dès la mi-août.

Détecté pour la première fois en avril 2021 sur le sol européen, le variant Delta ou indien du Covid-19 continue de s’installer progressivement. Les chiffres du gouvernement français le désignent comme responsable de 10 % des contaminations sur le territoire. Les chercheurs belges ne cachent pas leur inquiétude, car les conditions actuelles sont quelque peu similaires à celles de juin 2020. Ils n’écartent pas la possibilité d’une quatrième vague, sachant que le variant Delta est très contagieux. Une campagne de vaccination réussie cet été peut néanmoins prévenir cela.

Mots-clés Covid-19