Covid-19 : pour limiter le risque d’infection dans les espaces clos, évitez les coins

La Covid-19 est toujours là et elle fait toujours autant de dégâts, avec un nombre de cas grandissant en Europe et dans le reste du monde. La France ne fait d’ailleurs pas exception à la règle. Rien que le 11 octobre, les autorités sanitaires ont fait état de 16 101 nouveaux cas, portant le nombre total de personnes infectées (connues) à 734 974.

La situation est tout aussi préoccupante à l’échelle mondiale. Le nombre de cas a en effet dépasser les 37 millions, pour plus d’un million de décès officiellement liés à la maladie.

Photo de Ivan Aleksic - Unsplash
Photo de Ivan Aleksic – Unsplash

Si la recherche d’un vaccin est toujours en cours, les études aussi se multiplient et la dernière en date porte sur la propagation du virus au sein d’une pièce fermée. Avec une révélation intéressante.

La Covid-19, une maladie toujours présente

Ce n’est pas une révélation, mais la Covid-19 est un virus très infectueux. Les particules infectées en suspension dans l’air se déplacent très vite au sein d’une pièce fermée et il ne suffit pas d’être assis à côté d’une personne infectée pour être contaminé.

C’est évidemment un problème. Ca l’est pour les personnes qui ne peuvent adopter le télétravail et qui doivent prendre les transports en commun, certes, mais aussi pour les étudiants ou plus généralement pour toutes les personnes qui n’ont pas la possibilité de s’isoler et qui travaillent ou étudient à proximité d’autres personnes.

Or justement, c’est dans ce contexte que Suresh Dhaniyala et son équipe ont décidé de mener une étude portant sur la propagation du virus dans une pièce fermée.

A lire aussi : Covid-19, la moitié des patients souffriraient d’un état de fatigue extrême

Un virus capable de traverser une salle fermée en 15 minutes

Pour se faire, les chercheurs ont utilisé une classe universitaire type capable d’accueillir trente étudiants, avec un système de ventilation conforme aux normes conseillées par les organismes de santé.

Ils ont ensuite libéré des particules à l’avant de la classe et ils les ont suivi afin d’étudier leur facteur de propagation. Les chercheurs ont alors réalisé que ces particules n’avaient eu besoin que de 10 à 15 minutes pour voyager à travers la classe et atteindre le fond de la pièce.

En revanche, et c’est un point important, la ventilation active dans la pièce a eu pour effet de limiter la concentration de ces particules, une concentration équivalente à environ un dixième des relevés effectués à côté de la zone où les gouttelettes ont été libérées.

A lire aussi : Covid-19, on vient de dépasser la barre du million de victimes

La ventilation, une arme pour lutter contre la Covid-19

Les chercheurs en ont donc déduit qu’avec une ventilation efficace et aux normes, le risque de propagation dans une pièce fermée se limiterait principalement aux personnes se trouvant à côté de l’individu infecté.

Il y a cependant un autre facteur à prendre en considération : le temps. Toujours selon les chercheurs, plus les individus restent dans la pièce, et plus le risque d’infection augmente. Y compris avec une bonne ventilation.

En revanche, et cela ne surprendra sans doute personne, il y a deux manières de limiter le risque de propagation : la distanciation sociale et le port du masque.

Le port du masque, mais pas de n’importe quel masque. Les particules qui sont générées et lâchées dans l’air lorsque nous parlons ou même lorsque nous respirons ont une taille inférieur à 5 micromètres. Par conséquent, elles peuvent passer à travers un masque en tissu… et rester dans l’air pendant une douzaine d’heures.

A lire aussi : Google Maps peut désormais afficher les clusters du Covid-19

Il vaut mieux éviter les coins des pièces

Si ces particules transportent moins de virus, elles restent problématiques compte tenu du taux d’infectiosité du virus. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est indispensable de procéder à un renouvellement fréquent de l’air, un rôle qui incombe donc au système de ventilation.

Toutefois, l’étude a également révélé que toutes les zones de la pièces ne sont pas exposées au même risque.

En effet, d’après l’étude, les coins d’une pièce profiteraient d’un échange d’air plus faible. Ce qui veut également dire que des particules infectées peuvent y rester plus longtemps, augmentant par la même occasion la probabilité d’être infecté.

A lire aussi : Attention messieurs, la Covid-19 pourrait vous rendre infertile

De l’importance du renouvellement de l’air

En conséquence, les chercheurs préconisent, en plus du port du masque et du respect de la distanciation sociale, de procéder régulièrement au renouvellement de l’air des pièces occupées par plusieurs personnes. Ce qui vaut pour les bureaux, mais également pour les wagons des trains ou même pour les salles de classe.

De la même manière, les chercheurs pensent qu’il est possible de limiter le risque d’infection en intégrant des unités de filtration et en ouvrant régulièrement les fenêtres des salles afin de s’assurer d’une bonne circulation de l’air.

Et en attendant, il sera aussi préférable d’éviter les coins des pièces.