Covid-19 : reporter la seconde injection de vaccins pourrait nous desservir face aux nouveaux variants selon ce spécialiste

Dans cette lutte contre le Sars-CoV-2, le coronavirus à l’origine du COVID-19, les vaccins sont d’une aide cruciale. Parmi les vaccins maintenant disponibles, dont celui de Pfizer/BioNTech, de Moderna ou encore d’AstraZeneca le point commun le fait qu’ils nécessitent 2 injections, avant de pouvoir garantir une protection accrue.

Face à la récente étude anglaise qui suggère que l’administration des deux injections devrait être décalée pour maximiser l’effet de protection du vaccin, notamment pour celui d’AstraZeneca, le directeur de la NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases), le Dr Anthony Fauci, a partagé son point de vue.

Crédits Pixabay

Le scientifique a ainsi souligné qu’avec les variantes ne cessent d’apparaître les unes après les autres, les vaccins eux-mêmes, s’ils sont mal administrés, pourront être à l’origine de nouvelles souches du Sars-CoV-2, plus malignes et plus coriaces.

Selon le Dr Fauci, le non-respect de l’intervalle de temps conseillé entre les deux injections pourrait ainsi permettre au coronavirus de muter entre-temps, et par la suite, les vaccins seront de moins en moins efficaces.

La deuxième injection est décisive, pour l’efficacité des vaccins

À titre d’information, comparée à celle du vaccin d’AstraZeneca, l’efficacité des traitements préventifs de Pfizer/BioNTech et de Moderna est nettement plus grande. Concernant le produit de Pfizer/BioNTech, pour qu’il garantisse une immunité supérieure à 90 % contre le COVID-19, la deuxième dose doit être injectée 21 jours après la première. Un intervalle de temps qui passe à 28 jours chez Moderna.

Certes, la première administration apporte une protection non négligeable, mais le Dr Fauci souligne également l’importance de la seconde. Et selon ce spécialiste, il est crucial que ça se fasse dans les temps indiqués. Cela ne pourra que renforcer le système immunitaire, qui sera en mesure de mieux lutter contre le Sars-CoV-2.

Toujours selon le spécialiste, les gens ne devraient plus craindre les dernières souches du Sars-CoV-2 apparues au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, qui ne cessent d’ailleurs de se propager aux États-Unis et en Europe en respectant cette consigne. Justement, en parlant de nouvelles variantes du Sars-CoV-2, une deuxième injection trop tardive ne pourra qu’en créer davantage.

Mal administrés, les vaccins pourront faire plus de mal que de bien

Selon le Dr Fauci, si les gens ne respectent pas les intervalles de temps conseillés entre les deux injections, l’émergence de nombreuses autres souches du coronavirus serait donc à prévoir. Et cela ne pourra être que catastrophique.

Comme nous le savons tous, au fur et à mesure qu’un virus change d’hôte, il mute. Il s’adapte et devient de plus en plus robuste. De ce fait, si un individu qui n’a bénéficié que de la première dose de l’un des vaccins disponibles tarde à se faire administrer la seconde dose requise, dans les temps impartis, cela pourra engendrer des mutations très dangereuses chez le virus.

Donc, afin d’éviter que la vaccination ne se retourne contre nous, Fauci préconise le respect de l’intervalle de temps conseillé entre les deux injections.