COVID-19 : Tandis que Trump déclare les lieux de culte « essentiels », voici ce qui s’est passé en Allemagne

Ce week-end, le président Trump a lancé un message fort à destination des Américains, il faut que « les lieux de culte restent ouverts ». Une décision pour le moins incongrue quand on sait que le pays subit encore de plein fouet les affres de la pandémie de COVID-19.

On aurait en effet tendance à penser qu’étant donné que la pandémie de COVID-19 bat son plein et garde sa vigueur aux États-Unis, le renforcement des mesures de distanciation sociale et l’interdiction des rassemblements seraient de mise. Le président américain semble cependant être d’un avis contraire.

une office religieuse aux USA

Crédits Pixabay

Il exige en effet la réouverture de tous les lieux de culte. Quitte à outrepasser les directives édictées les gouverneurs d’États qui s’y opposeraient. Et face aux risques que les lieux de culte présentent, l’expert en maladies infectieuses de l’Université Vanderbilt (Nashville, Tennessee), William Schaffner, a lancé une mise en garde, précisant que le Sars-CoV-2 ne respecte aucune religion.

Le cas d’une récente propagation de coronavirus dans une église de Francfort

Le Wall Street Journal a récemment rapporté que suite à une célébration religieuse baptiste qui a eu lieu le 10 mai dernier, plus de 107 nouveaux cas de contamination au Sars-CoV-2 ont été signalés en Allemagne. 16 autres cas ont par la suite été signalés à Hanau, une ville située à juste 24 kilomètres de Francfort.

Ceci témoigne de la facilité avec laquelle le coronavirus se propage et du danger que représentent les rassemblements accueillis dans les lieux de culte, en cette période particulièrement délicate.

En plus de réunir de nombreuses personnes, à l’instar des concerts, ces lieux constituent un environnement confiné qui augmente considérablement les risques de transmission du Sars-CoV-2. Et ce, même si des mesures de distanciations sont prises.

Le Sars-CoV-2 peut en effet survivre huit minutes dans les postillons qui flottent dans l’air ambiant et cela, combiné à d’autres facteurs, joue en la faveur de la propagation de la maladie.

À lire aussi : Les États-Unis franchissent le cap du million de contaminés

L’incident qui a impliqué cette église baptiste allemande est loin d’être isolé

Même si Trump insiste sur le fait que les prêtres, les imams ou les rabbins veilleront à ce que le Sars-CoV-2 ne se propage pas durant ces cérémonies, dans les faits, tout indique le contraire. En effet, les offices religieux ont été les causes de nombreuses contaminations massives aux États-Unis et dans d’autres pays.

Un exemple, début du mois de mars 2020, un pasteur de l’Arkansas, accompagné de sa femme, a participé à des événements religieux, une poignée de jours avant de développer des symptômes du COVID-19. Le couple a d’abord contaminé 35 personnes, dont 7 ont été admis en soins intensifs et 3 sont morts. Par la suite, parmi des gens qui ont été en contact avec les fidèles contaminés, 26 cas supplémentaires et un autre décès ont été rapportés par le CDC.

Des cas de contamination similaires, impliquant des rassemblements dans des lieux de culte, ont été signalés à New York, à Chicago ou à Daegu (Corée du Sud). Et ils ont apporté leurs lots de victimes.

Mais apparemment, Donald Trump ne veut rien savoir. Et dans un pays où la foi est aussi un business lucratif, les lieux de culte doivent rouvrir sur-le-champ, avec ou sans l’accord des gouverneurs.