Covid-19 : un test pour identifier les personnes qui développeront une forme sévère de la maladie ?

La Covid-19 se manifeste différemment chez les personnes infectées. Certains patients peuvent être testés positifs, sans avoir les symptômes de la maladie. D’autres par contre peuvent contracter une forme modérée ou sévère de la Covid-19. Ces malades sont souvent priorisés dans l’admission au sein des hôpitaux.

L’identification précoce des personnes qui risquent de développer une forme sévère de la maladie serait d’une grande aide pour le personnel de santé. Des chercheurs de l’Institut de recherche médical de Queensland, à Brisbane (Australie), se sont penchés sur cette question. Ces derniers ont mis au point un test sanguin qui permettra d’identifier ce type de patients. Pour l’instant, ce test est encore au stade de prototype.

Crédits Pixabay

À terme, il pourra être utilisé pour déterminer si le système immunitaire d’un individu est assez résistant pour lutter contre le SARS-CoV-2, le virus de la Covid-19.

À la recherche de signaux chimiques

Ce test se base sur la détection de deux signaux chimiques qui sont produits par les lymphocytes T. Ces signaux correspondent aux interférons gamma et aux interleukine-2 qui interviennent dans la destruction des cellules infectées par un virus.

Le test sanguin permettra d’évaluer le niveau de ces signaux chimiques chez un patient. S’il est relativement bas, la personne est plus susceptible de développer une forme sévère de la maladie. Un retard dans la prise en charge du malade peut même se solder par sa mort. Ce test permettrait donc de sauver des vies, en attendant que le vaccin soit déployé dans le monde entier.

A lire aussi : Covid-19, attention aux faux sites de test

Vers une meilleure prise en charge des patients

Dans le cadre de cette étude, ils ont analysé les échantillons sanguins de 44 donneurs qui ont guéri de la Covid-19. Les participants étaient composés de 17 hommes et de 27 femmes qui étaient âgés de 20 à 75 ans. Ils ont évalué le niveau de signaux chimiques qui ont été libérés par les lymphocytes T de ces donneurs.

Les résultats ont ensuite été comparés avec ceux d’un groupe de donneurs sains. Les chercheurs ont découvert que les lymphocytes T des personnes ayant guéris de la Covid-19 produisaient un niveau plus élevé de signaux chimiques.

A lire aussi : 41 personnes testées positives à la Covid-19 après une convention échangiste

Ils espèrent que leur découverte permettra d’identifier plus rapidement les patients vulnérables :

« Ces malades pourront être surveillés de près pour s’assurer qu’ils reçoivent des traitements précoces, au lieu d’attendre qu’ils présentent des symptômes sévères. »

Mots-clés Covid-19santé