Covid-19 : Un nouveau sous-type Delta “AY.4.2” identifié aux Etats-Unis

Selon le CDC (Centers for Disease Control and Prevention), un nouveau descendant du variant Delta du coronavirus aurait été identifié aux Etats-Unis. Dénommé AY.4.2, il ne représente pour le moment que moins de 0,05 % de tous les virus séquencés dans le pays, avec moins de 10 cas enregistrés dans la base de données du CDC.

Alors qu’AY.4.2 est déjà présent au Royaume-Uni et en Israël, le CDC a indiqué qu’aux Etats-Unis, les cas sont encore très rares. Cependant, la lignée parentale de la nouvelle variante, AY.4, représente 11 % environ des virus Delta aux USA. A ce jour, les scientifiques ont recensé plusieurs lignées AY différentes de la variante Delta. AY.4.2 a cependant attiré l’attention des chercheurs à cause de la présence de deux modifications au niveau de la protéine de spicule.

Crédits 123RF.com

Le CDC a déclaré que pour le moment, rien ne prouve qu’AY.4.2  ait une incidence sur l’efficacité des vaccins ou des traitements actuels.

Qu’en est-il de sa transmissibilité ?

Scott Gottlieb, ancien responsable au niveau de la Food and Drug Administration, a déclaré que des recherches urgentes sont nécessaires afin de déterminer l’ampleur de la menace que représente réellement le nouveau descendant du variant Delta. Il semblerait en effet que AY.4.2 puisse être plus transmissible que les autres versions du virus connues jusqu’à maintenant.

L’apparition d’une nouvelle variante est toujours inquiétante. Le professeur François Balloux de l’University College London a toutefois assuré que la situation n’est pas comparable à l’émergence d’Alpha et de Delta. Ces deux variantes étaient connues pour leur taux de transmissibilité plus élevé de 50 % par rapport aux autres souches de l’époque.

Balloux estime que l’augmentation potentielle de la transmissibilité d’AY.4.2 n’aurait pas d’impact comparable sur la pandémie.

Augmentation des cas au Royaume-Uni

A l’heure actuelle, le CDC n’a  identifié la sous-lignée aux Etats-Unis que de manière occasionnelle. Aucune augmentation du nombre de cas n’a  encore été observée.

Au Royaume-Uni, la situation est plutôt différente avec une augmentation plus importante des cas d’AY.4.2. L’UK Health Security Agency a annoncé le vendredi 15 octobre dernier qu’AY.4.2 est actuellement « en expansion » et augmenterait en fréquence en Angleterre. Notons que durant la pandémie, le Royaume-Uni a été bien en avance par rapport aux Etats-Unis, en termes de suivi et le séquençage en temps réel des variantes. Selon Jeffrey Barret, expert en génomique, il est possible qu’AY.4.2 ait récemment eu un peu de « chance épidémiologique » au Royaume-Uni.

Balloux partage le même avis, étant donné qu’au Danemark, AY.4.2 a atteint la fréquence de 2 % mais a ensuite diminué. Tout comme le Royaume-Uni, le Danemark a également mis en place une excellente surveillance génomique des variantes du coronavirus.

s https://www.sciencealert.com/cdc-confirms-the-new-delta-subtype-ay-4-2-has-been-identified-in-the-us