Covid-19 : Un nouveau variant au Royaume-Uni ?

Même si cela fait maintenant presque deux ans que la pandémie de Covid-19 a été déclarée dans le monde, le coronavirus responsable de la maladie continue de circuler dans de nombreux pays. Récemment, les responsables de la santé du Royaume-Uni ont déclaré être en train de surveiller un descendant du variant Delta. Ce descendant est dénommé AY.4.2 et il s’agit d’un sous-type qui a dernièrement infecté de plus en plus de personnes.

Dans un tweet, François Balloux, directeur à l’University College London Genetics Institute, a donné des informations sur ce nouveau variant. D’après lui, les données montrent que AY.4.2 pourrait être 10% plus transmissible que le variant Delta commun. L’on sait que ce dernier est déjà hautement contagieux. Balloux a ainsi indiqué qu’il serait intéressant de garder un œil sur ce nouveau variant.

Crédits 123RF.com

Dans un rapport publié le vendredi 15 octobre dernier, l’agence Public Health England a indiqué qu’en date du 27 septembre dernier, 6% des tests séquencés au Royaume-Uni correspondaient au AY.4.2. Les responsables ont toutefois ajouté que les estimations pourraient être imprécises puisqu’il est difficile de séquencer les mutations du variant.

Ce que disent les scientifiques

Selon le Dr. Scott Gottlieb, un ancien commissaire de la FDA, ce nouveau variant n’est pas une source d’inquiétude immédiate. Toutefois, il a appelé les scientifiques à procéder urgemment à des recherches pour déterminer si AY.4.2 est plus contagieux, ou s’il pourrait passer à travers le système de défense de l’organisme.

De son côté, le Dr. Jeffrey Barrett,  un spécialiste du génome au Wellcome Trust Sanger Institute, a publié sur Twitter que AY.4.2 était le seul descendant de Delta en augmentation constante. Cela montre selon lui un avantage sur le variant Delta. Le scientifique a ajouté que AY.4.2. était en train de remplacer Delta à une vitesse inférieure à celle de Delta lorsque ce dernier a remplacé le variant Alpha.

Un cas propre au Royaume-Uni

Selon les informations, la situation concernant AY.4.2 n’est pas du tout la même dans les autres pays. Balloux a déclaré le mardi 19 octobre dernier que ce nouveau variant était « rare » en dehors du Royaume-Uni. Par exemple, trois cas seulement ont jusqu’ici été détectés aux États-Unis. Au Danemark, la fréquence d’apparition du variant est de 2%, mais elle commence à diminuer.

Les études concernant le virus derrière la Covid-19 ont montré que le SARS-Cov-2 subissait environ 2 mutations par mois. Ainsi, jusqu’ici, 56 descendants du variant Delta ont été identifiés. Pour ce qui est d’AY.4.2, ce descendant possède deux mutations au niveau de la protéine de spicule, la partie du virus qui s’attache aux cellules humaines.

On ne sait pas encore dans quelles mesures ces mutations peuvent affecter le comportement du virus, mais aucune de ces mutations n’a été détectée sur les variants inquiétants.

 

Mots-clés Covid-19variant