COVID-19 : Un premier cas de réinfection au coronavirus aux Etats-Unis ?

Avec plus de 25,5 millions de cas confirmés à travers le monde et plus de 854 000 victimes depuis son apparition il y a quelques mois, on peut dire que la pandémie de COVID-19 est loin d’être maîtrisée, jusqu’à maintenant. Et ce, malgré nombre d’efforts consentis, souvent au détriment de l’économie, par chaque pays afin d’en limiter la propagation.

Pour ne pas améliorer la situation, l’apparition de cas de réinfections au COVID-19 retient actuellement l’attention de la communauté scientifique, à juste titre.

Crédits Pixabay

Trois cas de réinfections ont en effet été confirmés jusqu’à présent, un premier à Hong Kong, suivi de deux autres cas déclarés en Europe. Une étude en attente de publication aux États-Unis nous rapporte également un nouveau cas de réinfection au coronavirus.

Un quatrième patient réinfecté par le coronavirus

D’après les informations relayées, il s’agit d’un patient de 25 ans originaire du Nevada, testé positif au COVID-19 une première fois en avril. Il s’est ensuite rétabli, avant de présenter de nouveaux symptômes graves fin mai. Après analyses, il s’est avéré que le patient a de nouveau contracté le Sars-CoV-2 et a été déclaré, une fois encore, positif au COVID-19.

Ce qui porte désormais à 4 le nombre de réinfections à la maladie, si les conclusions de ces chercheurs sont avérées.

L’article qui documente ce nouveau cas de réinfection au coronavirus est actuellement disponible sur le réseau Social Science Research Network (SSRN), ses auteurs l’ayant soumis à la relecture pour une publication dans The Lancet Infectious Diseases.

À lire aussi : On a peut-être découvert pourquoi le Covid-19 affecte plus les hommes que les femmes

Deux infections par des versions différentes du virus

D’après les conclusions des chercheurs qui ont travaillé sur ce cas, on est en fait face à deux versions différentes du Sars-CoV-2, le premier étant celui qui a infecté le patient au mois d’avril, et une seconde version du virus dont certains gènes ont muté, que le patient a attrapé plus tard et qui a conduit à une nouvelle infection.

Cela indique qu’il serait tout à fait possible d’être de nouveau infecté par le Sars-CoV-2, d’autant que les scientifiques suggèrent que les mutations qu’ils ont trouvées sont d’origine naturelle. Les coronavirus sont d’ailleurs connus pour avoir d’excellentes capacités d’adaptation, ce qui leur permet, dans une certaine mesure, de tenir en échec les défenses notre organisme dans le cas d’une réinfection.

Le débat est donc relancé. D’autant que les différents cas de réinfections ne sont pas similaires. En effet, pour les cas précédents (Hong Kong et Europe), les chercheurs parlent de symptômes bénins voire d’une absence de symptômes ; tandis que pour ce nouveau cas, la nouvelle infection a conduit à l’apparition de symptômes plus graves.

À lire aussi : Deux cas de réinfection au Covid-19 en Europe