Covid-19 : une hausse de 900 % des discours racistes contre les Chinois sur Twitter

La pandémie causée par le virus Covid-19, qui fait actuellement rage dans presque tous les pays du monde, a commencé à Wuhan en Chine avant de se propager très rapidement. Beaucoup ont ainsi critiqué la Chine sur le fait de ne pas avoir pu contrôler le virus dès son apparition, et très vite, le discours a changé pour devenir un discours raciste contre les Chinois, et même contre d’autres personnes ayant une origine asiatique, pas forcément chinoise.

En général, on retrouve les attaques contre les Chinois sur Internet, plus particulièrement sur Twitter. D’après un rapport de L1ght, une entreprise spécialisée dans la mesure du niveau de « toxicité » sur la toile, il y aurait eu une hausse de 900 % des discours racistes contre la Chine et son peuple sur la plateforme.

Crédits Pixabay

Selon le rapport, la tension est palpable sur Internet en ce qui concerne le virus, surtout durant cette période où presque tout le monde est confiné. Il y a ainsi de plus en plus de gens qui utilisent un langage grossier à l’encontre des Asiatiques et les accusent d’être la cause de l’apparition du virus.

Des accusations sans fondement

Le rapport de L1ght indique que les gens passent actuellement plus de temps en ligne, ce qui fait qu’ils sont de plus en plus exposés à des discours haineux. Il est aussi indiqué que les données montrent que les attaques racistes visent plus particulièrement les Asiatiques, même ceux qui sont citoyens américains.

Les internautes se mettent à utiliser un langage offensant pour accuser les Asiatiques d’être infectés par le virus et de le propager.

Sur Internet, on constate l’apparition et le partage de hashtags discriminatoires comme #Chinavirus ou encore #chinaliedpeopledied. L’étude de L1ght parle même d’une hausse de 200 % du trafic vers des sites ou des publications qui prennent les Asiatiques pour cibles.

Jusque dans les rues

Vox, de son côté, souligne le fait que de nombreux Américains d’origine asiatique font également face au racisme dans les rues. Des chercheurs ont même trouvé qu’à San Francisco, il y aurait eu plus de 1000 cas rapportés de xénophobie entre le 28 janvier et le 24 février 2020.

D’autres pays à part les États-Unis subissent également ce phénomène. C’est le cas par exemple en Australie où plusieurs patients refusent de faire soigner leurs enfants par des médecins d’origine asiatique.

Avec les réseaux sociaux qui sont devenu un moyen de communication très populaire, il est très facile de véhiculer une idée auprès de nombreuses autres personnes. Malheureusement, ce ne sont pas toujours les bonnes idées qui sont partagées, comme en témoignent les propos racistes sur les chinois et les asiatiques. Ce sera hélas l’une des choses que l’on retiendra de cette crise sanitaire qui frappe actuellement le monde.

Mots-clés Covid-19twitter