Covid-19 : une seconde vague possible en Chine ?

D’après les scientifiques, la Chine pourrait être confrontée à une deuxième vague de COVID-19, à cause d’un manque d’immunité. Après des mois de confinement, le pays a pu maîtriser le virus. Toutefois, la crainte d’un rebond a surgi dans les provinces du Nord-Est et dans la ville centrale de Wuhan.

Les mesures prises n’ont fait que réduire le nombre d’infections, et de nouveaux cas pourraient facilement réapparaître.

Une femme protégée par un masque

Crédits Pixabay

Zhong Nanshan était l’homme qui a révélé l’ampleur de l’épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003. Il faisait également partie de l’équipe d’experts qui a été envoyée à Wuhan pour enquêter sur la maladie. En ce qui concerne le COVID-19, il estime que les autorités de Wuhan l’avaient sous-estimé lors de sa première apparition.

Le coronavirus a déjà tué des centaines de milliers de personnes. Les scientifiques du monde entier s’empressent de trouver un vaccin efficace. Pourtant, l’OMS a évalué qu’il faudra probablement des années pour cela, car la maladie pourrait ne jamais disparaître.

Pas mieux que les autres pays pour le moment

« Les autorités locales n’avaient pas dit la vérité à l’époque. Je ne croyais pas au résultat, alors j’ai continué à demander le vrai nombre de cas signalés. Je pensais que les données publiées après le verrouillage de Wuhan, quand le gouvernement central a pris le contrôle, étaient correctes », a déclaré Zhong.

Des spécialistes ont étudié l’évolution de la situation en Chine à la suite du déconfinement. Se basant sur les résultats de leurs recherches, ils font appel à une grande prudence, car la non-transparence au niveau des chiffres pourrait induire le pays en erreur. En effet, le risque est réel, surtout en l’absence de vaccin.

« Actuellement, la majorité des Chinois sont encore sensibles à l’infection par le coronavirus, en raison d’un manque d’immunité. Nous sommes confrontés à un grand défi. Je pense que ce n’est pas mieux que les pays étrangers pour le moment », a-t-il ajouté.

Une nécessité de déployer des efforts supplémentaires ?

« Pour le moment, le coronavirus continue de se propager à l’échelle mondiale et le cas importé ne cesse de croître. Si les entreprises, les usines et les écoles reprennent et augmentent la mixité sociale, cela ne s’arrêtera jamais », a prévenu le Pr Wu de l’Université de Hong Kong.

Si le nombre de contaminés s’accroit à nouveau, il faudrait des efforts supplémentaires pour maîtriser le virus. L’éloignement physique et le changement de comportement ne suffiraient plus. La meilleure stratégie serait de trouver un équilibre entre la reprise des activités économiques et le maintien d’une faible circulation du virus jusqu’à ce qu’un éventuel vaccin soit concocté.