Covid-19 : c’est confirmé, le nouveau variant brésilien du coronavirus est arrivé aux États-Unis.

Comme vous le savez, de nombreux variants du Sars-Cov-2 ont fait leur apparition depuis quelques mois. Certaines de ces souches mutantes sont connues pour un taux de contagiosité élevé, notamment le variant britannique B.1.1.7 et celui sud-africain B1.351. Et plus récemment, une montée rapide du nombre de cas infections par la nouvelle souche brésilienne P.1 a été signalée dans la ville brésilienne de Manaus.

Selon les dernières informations, les États-Unis, qui sont actuellement sous la menace du variant britannique, vient malheureusement d’enregistrer son premier cas d’infection par la nouvelle souche d’origine brésilienne.

Crédits Pixabay

Un cas d’infection détecté par le laboratoire de santé publique de l’État du Minnesota chez une personne revenue récemment d’un voyage au Brésil. Et d’après les investigations épidémiologiques, il n’existe pour le moment aucun indice pouvant indiquer que le variant P.1 s’est répandu dans le Minnesota. Le risque reste toutefois présent.

Un individu revenu d’un voyage au Brésil testé positif au variant P.1

Pour information, hors du Brésil, le variant P.1 a été identifié pour la première fois au Japon, chez quatre voyageurs testés dans un aéroport, hors de la ville de Tokyo. Selon le CDC, cette souche mutante est caractérisée par un ensemble de mutations pouvant affecter sa capacité à être reconnu par les anticorps.

Et récemment, la nouvelle souche a été découverte au Minnesota grâce à un « programme de surveillance régulière des variantes » qui effectue chaque semaine des tests par séquençage du génome entier de 50 échantillons aléatoires provenant des laboratoires de l’Université du Minnesota.

Le variant P.1 a ainsi été détecté chez un Minnesotain résidant dans la région métropolitaine de Twin Cities, qui après avoir développé des symptômes la première semaine de janvier, a été testé positif le 9 janvier. Il est récemment revenu d’une escapade au Brésil.

Les mutations : un phénomène normal dans la vie d’un virus

Selon les chercheurs, il est normal qu’un virus donne naissance à d’autres variants, des versions différentes de la souche originale, qui émergent avec le temps sous l’effet de diverses mutations.

Ces variants apparaissent particulièrement dans les zones où la souche d’origine est endémique comme c’est le cas au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil. Justement, d’après les résultats d’une étude, plus de 3/4 de la population de Manaus avaient déjà contracté le virus Sars-Cov-2, un niveau d’immunité collective aurait pu alors être déjà atteint dans cette ville.

Selon Jan Malcolm, commissaire à la santé du Minnesota : « Comme tous les virus, le virus Sars-Cov-2 continue d’évoluer même si nous travaillons dur pour le vaincre ». Il a souligné l’importance d’appliquer les méthodes de prévention éprouvées pour ralentir la propagation de cette nouvelle variante afin de limiter sa transmission, car « moins il y a de personnes qui sont infectées par le COVID-19, moins le virus a d’opportunités d’évoluer ».