Covid-19 : le vaccin Moderna finalement efficace à 94,1 %

La Covid-19 est devenue en l’espace de quelques mois le nouvel ennemi à abattre. Les études se sont multipliées afin de nous aider à mieux comprendre le fonctionnement du virus. Les laboratoires, de leur côté, travaillent d’arrache-pied pour lui trouver un vaccin.

Avec un certain succès. Quatre candidats-vaccins ont en effet montré des signes encourageants.

Une image illustrant un virus
Crédits Pixabay

Le candidat-vaccin de Moderna est l’un d’entre eux et le laboratoire vient justement de rendre un nouveau rapport portant sur son taux d’efficacité.

Moderna a publié de nouvelles données sur son vaccin anti Covid-19

L’analyse finale menée par le laboratoire a porté sur un essai menée auprès de 196 cas confirmés de Covid-19. Sur ce nombre, 185 ont reçu un placebo et 11 le candidat-vaccin. Les résultats ont confirmé que le candidat-vaccin a bien un taux d’efficacité élevé, un taux atteignant cette fois les 94,1 %.

Il faut en effet rappeler que la précédente analyse avait porté sur l’essai de phase 3, un essai réalisé auprès de 95 participants. Le vaccin développé par Moderna avait alors révélé un taux d’efficacité impressionnant et atteignant les 94,5 %.

Ce n’est pas la seule donnée révélée par le laboratoire. Moderna explique aussi dans son rapport que sur les participants de la dernière étude, 30 participants ont développé une maladie grave et que l’un d’entre eux a même trouvé la mort. Ils se trouvaient cependant tous dans le groupe placebo et aucun de ces cas ne peut donc être imputé au candidat-vaccin du laboratoire.

Des résultats très positifs, et une première campagne de vaccination envisageable à la fin de l’année ou au début de l’année prochaine

Toutefois, l’essai de phase 3 va encore se poursuivre, cette fois sous l’égide d’un comité indépendant. Le comité de la FDA se réunira autour du 10 décembre afin de discuter des données remises par Moderna, mais également pas Pfizer. Si tout se passe bien, une première campagne de vaccination pourra être envisagée à la fin de l’année ou au début de l’année 2021.

Il faut néanmoins rappeler que les vaccins de Pfizer et Moderna font débat, en ce sens qu’ils reposent tous les deux sur un messager génétique, un messager qui programme le système immunitaire pour reconnaître la protéine de pointe du virus et s’en protéger.

AZD1222, le vaccin d’AstraZeneca et d’Oxford, fonctionne pour sa part sur un vecteur viral à partir d’un adénovirus chimpanzé. Les résultats préliminaires montrent une efficacité comprise entre 62 et 90 %.

Mots-clés Covid-19santé