On devrait pouvoir créer du carburant sur Mars

Une équipe de chercheurs a mis au point un procédé qui devrait permettre de produire du carburant pour fusée à base de méthane sur Mars. Une invention qui pourrait faciliter la colonisation de la planète rouge.

Ces dix dernières années ont été marquées par un accroissement de l’intérêt pour le voyage vers Mars. Alors que l’atterrissage du rover Perseverance sur la planète prévu pour la mi-février marquera une étape importante vers la réalisation de notre objectif de coloniser ce monde lointain, sur Terre, les scientifiques travaillent dur dans l’espoir de rendre le fameux voyage possible. Houlin Xin, professeur assistant en physique et astronomie, est l’un de ces chercheurs qui se mobilisent pour faire avancer le programme. Avec l’aide de son équipe, il a ainsi réussi à créer un procédé qui permet de convertir le CO2 en méthane.

Crédit Pixabay

D’après Xin, leur invention pourrait faciliter le retour du vaisseau spatial sur Terre. En effet, bien que le voyage aller ne doive pas être un problème, celui de retour risque d’être bien plus compliqué vu l’absence de carburant prêt à être utilisé sur Mars.

Un catalyseur qui utilise du zinc

L’invention de Houlin Xin et de ses collègues consiste en un appareil compact et léger qui permet de créer théoriquement du méthane à partir de l’eau glacée découverte sur la planète rouge. Il s’agit plus précisément d’un catalyseur au zinc. « Le zinc est fondamentalement un excellent catalyseur », a expliqué Xin. De plus, il est léger, le poids étant un élément crucial pour les voyages dans l’espace.

L’équipe d’Elon Musk avait déjà théorisé une technique plus ou moins similaire pour créer du carburant à base de méthane. Rappelons d’ailleurs que les moteurs Raptor de SpaceX sont censés fonctionner au méthane. Ce procédé connu sous le nom de réaction de Sabatier est également utilisé sur l’ISS pour produire de l’oxygène respirable à partir de l’eau. Toutefois, l’invention de Xin s’annonce encore plus prometteuse.

Une méthode qui contourne le processus eau-hydrogène

En effet, leur procédé utilise du zinc anatomiquement dispersé pour agir comme une enzyme synthétique. Cela permet de catalyser le dioxyde de carbone et d’initialiser ensuite le processus. Contrairement au procédé Sabatier qui se déroule en deux étapes, cette nouvelle technique est plus rapide et nécessitera moins d’espace.

« Le processus que nous avons développé contourne le processus eau-hydrogène et convertit au contraire efficacement le CO2 en méthane avec une sélectivité élevée », a d’ailleurs ajouté Xin.