Creuse : un homme poursuivi pour avoir insulté les gendarmes sur Facebook

Dans la nuit du 13 au 14 juillet, dans la Creuse, le département de la sécurité routière a déployé ses troupes sur le rond-point des Monts-de-Guéret à Saint-Sulpice-le-Guérétois pour un contrôle. En vérifiant les papiers d’un automobiliste, l’un des motards a remarqué que celui-ci avait un permis de trop. Le gendarme aurait pu lui faire un PV, mais il lui a simplement confisqué l’ancien permis de conduire VL.

L’automobiliste vient, en fait, de recevoir un permis poids lourds. Normalement, il aurait dû détruire l’ancien lors de la réception du nouveau. On ne sait pas s’il l’a conservé intentionnellement ou non. Toutefois, le risque est qu’il pourrait présenter le second document dans le cas où le premier lui est retiré.

Prison Selfie

Mécontent de ce qui lui est arrivé, il a insulté la police sur Facebook. Sur la page « information police dans la Creuse », un groupe réunissant des automobilistes locaux, il a écrit : « attention attroupement de connards aux monts de Guéret ».

Il risque la prison

La police locale a repéré le post et a décidé de ne pas se laisser faire. Elle a engagé une procédure judiciaire à l’encontre du conducteur indélicat. Ce dernier est poursuivi pour outrage à dépositaires d’autorité publique. Jeudi, il a été convoqué à la brigade motorisée de Guéret. Sa comparution devant le tribunal aura lieu le 22 septembre.

D’après le quotidien régional, le défendeur risque une amende ou, au pire, une peine d’emprisonnement. L’infraction sera également inscrite sur son casier judiciaire.

Nul n’est censé ignorer la loi

Nul n’est censé ignorer la loi, et c’est aussi valable sur les plateformes comme Facebook. En 2016, via le compte « Police Nationale », les forces de l’ordre ont rappelé qu’ « insulter et menacer des policiers est un délit, sur les réseaux sociaux aussi ». Il s’agit d’une infraction passible de 7500 euros d’amende et de six mois d’emprisonnement.

Si le délit a été commis en groupe, la sanction est doublée, soit 15000 euros d’amende et une année d’emprisonnement.

Plus tôt dans l’année, un internaute a écopé de 1500 euros d’amende et 4 mois de prison ferme pour avoir publié la photo de trois policiers en train d’effectuer un contrôle de vitesse à proximité de Cagnes-sur-Mer sans avoir pris la précaution de cacher leur visage. De plus, le post était accompagné du message suivant : « Volaille qui picore Cagne sur mer juste avant la Cravache d’Or ».

« Si j’ai eu maille à partir avec la justice, c’est loin et sans rapport avec des outrages. Je ne comprends pas ce qui m’arrive », avait-t-il réagi face à la décision du tribunal.

Mots-clés facebook