Crise des opiacés : le gouvernement américain fait le ménage

Le problème des opiacés n’est pas nouveau aux États-Unis, il remonte même aux années 80. Aujourd’hui encore, le gouvernement américain essaie de lutter contre le problème. Au début du mois, le ministre de la Justice a commencé à prendre des mesures dans le but de résoudre cette crise. Le premier plan d’action consiste d’abord à la poursuite des médecins et pharmaciens illicites.

L’opiacé, en plus d’être un antidouleur très puissant, influe également la partie génératrice de plaisir dans le cerveau. Sa consommation entraîne une addiction tant physique que psychologique.

En cas d’abus, cette substance peut mener à une overdose mortelle dont beaucoup d’Américains sont victimes.

Douze personnes derrière les barreaux

La police n’a pas tardé à agir face à ce phénomène. Suite à leurs investigations, sept fausses cliniques ont été déjà repérées à Los Angeles.

En lançant des cliniques illégales, des médecins corrompus ont réussi à marchander deux millions de cachets d’opiacés. Dans les faits, ils prescrivent des ordonnances « sans aucune base médicale à travers une série des cliniques qui ouvraient et fermaient de façon nomadique », a expliqué le département américain de la justice (DoJ). Suite à l’enquête, douze personnes ont été mises en état d’arrestation.

Ces opérations clandestines participent largement à l’aggravation de l’épidémie de drogues aux États-Unis. Outre cela, elles génèrent également des « bénéfices illicites ». Les frais facturés aux assurances-santé pour les soins y afférant ne sont pas en reste. Medicare a d’ailleurs dépensé plus de 500 000 dollars à cause de cette affaire.

Usurpation d’identité

Une bonne partie de la stratégie utilisée par ces brigands consiste à voler délibérément l’identité de certains médecins. Il s’agit plus exactement de médecins refusant de collaborer avec eux dans le but de participer à leur manœuvre frauduleuse.

Des policiers ont même pu collecter des preuves à travers des enregistrements téléphoniques. Ceux-ci laissent entendre Maserati Mike, en tête des opérations, suggérer clairement à un médecin de « rester assis chez lui tout en gagnant 20.000 dollars à ne rien faire ». Pourtant, après le refus de ce dernier, ils ont tout de même utilisé son nom sur les ordonnances.

La crise des opiacés prend une tournure assez angoissante aux États-Unis. Comme a mentionné Les Echo.fr l’année dernière : « Aux États-Unis, l’abus de drogue et d’analgésique tue plus que les accidents de la route. » Pour le gouvernement américain, la résolution du problème devient urgente.

Mots-clés drogues