Curiosity sur le point de faire une découverte capitale sur Mars ?

Curiosity, tout comme la plupart des engins spatiaux envoyés sur Mars, a pour but de chercher des composés organiques. Par le biais de ce rover, les agents de la NASA espèrent découvrir des sels organiques. Notons que l’agence spatiale américaine a préalablement effectué des recherches concluantes sur la probabilité de la présence de ces éléments sur la planète rouge. Ils constitueraient des preuves d’une ancienne vie extraterrestre.

Les sels organiques, comme les acétates de fer, de calcium ou de magnésium et les oxalates, sont considérés comme des marqueurs biologiques. Curiosity possède justement deux technologies capables d’en détecter. Il s’agit notamment du Sample Analysis at Mars (SAM) et du Chemistry & Mineralogy (CheMin).

Crédits Pixabay

L’équipe chargée de l’étude a publié les résultats des recherches dans le Journal of Geophysical Research : Planets.

Deux outils complémentaires

SAM est ni plus ni moins un mini laboratoire de chimie. Grâce à cet équipement, Curiosity peut chauffer à plus de 1 000 °C un échantillon prélevé sur le sol martien. Ce procédé permet de libérer des gaz pour ensuite identifier les éléments constitutifs du prélèvement.

Malheureusement, cette technique n’offre pas des résultats suffisamment précis, puisque de nombreuses substances peuvent émettre des gaz. Par conséquent, James MT Lewis, le principal auteur des recherches, a préconisé le recours à CheMin pour confirmer les résultats de SAM. Notons que CheMin recherche la présence des sels organiques à l’aide de rayons X.

Des chances de trouver des sels organiques sur Mars ?

Mars n’est dotée que d’une fine atmosphère qui peine à protéger sa surface. Depuis trois milliards d’années, les rayonnements solaires ont bombardé la planète rouge. Ces ondes électromagnétiques émises par le Soleil ont ainsi détérioré la majeure partie des matériaux en surface au cours de ce laps de temps. En outre, des phénomènes naturels comme l’érosion et les aléas météorologiques renforcent la décomposition, voire la disparition complète des résidus organiques.

Pour maximiser leurs chances de réussite, les rovers à la surface de la planète rouge devraient prélever des échantillons enfouis plus profondément. L’Agence spatiale européenne a une solution à ce problème : la mission ExoMars. Le rover a la capacité de forer jusqu’à une profondeur de 2 mètres. La date de son envol pour Mars est prévue pour 2022.

Mots-clés curiositymarsNASA