ThyssenKrupp a été victime d’une cyberattaque

Thyssenkrupp, le célèbre groupe sidérurgique allemand, a été victime d’une cyberattaque la semaine dernière. Particulièrement ciblée, cette dernière a mené au vol de certains secrets industriels du groupe. D’après un porte-parole, l’attaque aurait été menée “depuis février par des pirates informatiques très professionnels”. Des pirates qui savaient précisément ce qu’ils cherchaient.

D’après le géant de l’acier, cette tentative a été détectée en avril par le CERT (Computer Emergency Response Team). Elle a donc pu être gérée à temps et l’organisme a ainsi protégé les données de l’entreprise avant qu’elles ne tombent entre de mauvaises mains.

Thyssenkrupp Hacking

Thyssenkrupp a été pris pour cible par des hackers récemment.

Face à la situation, Thyssenkrupp a prévenu l’Office fédéral allemand (BCI) et a déposé plainte. Selon le magazine économique Wirtschaftswoche, la cyberattaque provenait de l’Asie du Sud-Est.

De l’espionnage industriel

Comme indiqué plus haut, l’attaque a pu être prise à temps. Après avoir détecté la tentative d’intrusion, le CERT a ainsi procédé au nettoyage du système de l’entreprise.

Les hackers sont donc repartis avec des données incomplètes.

Thyssenkrupp n’a pas donné tous les détails aux médias et l’entreprise a préféré ne pas communiquer d’informations techniques.

Martin Holz, le DSI de la firme, a cependant déclaré que l’attaque avait pour cible la branche R&D du groupe. Il pense que les hackers ont voulu mettre la main sur les technologies du groupe, des technologies portant notamment sur le système de production des hauts-fourneaux situé à Duisbourg.

En revanche, le Thyssenkrupp Marine Systems, et donc la branche en charge de la fabrication des navires militaires et des sous-marins, n’a pas été touché.

Des attaques planifiées

Le patron du service extérieur allemand, Bruno Kahl, n’est pas surpris par cette attaque. D’après lui, “l’Europe est au centre de nombreuses tentatives de déstabilisation”. L’Allemagne, notamment, serait fréquemment prise pour cible. C’est en tout cas ce qu’il a affirmé lors d’une entrevue donnée au Suddeutsche Zeitung.

Bruno Kahl a notamment évoqué l’attaque menée contre Deutsche Telekom, la plus grande société de télécommunication allemande. Une attaque visiblement orchestrée par les hackers russes Sofacy.

Angela Merkel, elle-même, s’est dite inquiète. Elle a notamment évoqué de possibles ingérences de la Russie sur les élections allemandes.