Cybersécurité : Les Etats-Unis ont sanctionné un institut de recherche russe accusé d’être à l’origine d’une cyberattaque en 2017

Les États-Unis auraient prononcé des sanctions à l’encontre d’un institut de recherche russe le vendredi 23 octobre 2020 pour avoir prétendument conçu un malware dangereux capable de causer des dommages catastrophiques aux industries, nous rapporte Reuters.

Le département américain du Trésor a effectivement soutenu que l’Institut central de recherche scientifique en chimie et en mécanique, ou TsNIIKhM, qui est soutenu par le gouvernement russe, est à l’origine de l’attaque d’une installation pétrochimique non identifiée au Moyen-Orient en 2017 en utilisant des « outils personnalisés ».

Crédits Unsplash

La Russie n’est pas restée de marbre face à cette accusation et a immédiatement qualifiée ces sanctions d’illégitimes.

Les pirates russes ne se contenteraient plus de hacker les systèmes ou de voler des informations

Selon les informations de Reuters, l’attaque de cette installation pétrochimique n’avait rien en commun avec les cyberattaques classiques. En effet, contrairement aux autres techniques de piratage, de hacking et de phishing, cette cyberattaque visait à désactiver tous les systèmes de sécurité dans l’usine et à déclencher une explosion ou un incendie.

D’après l’analyste Nathan Brubaker de la société de cybersécurité FireEye qui a découvert l’existence du malware, « la nature aigüe de la menace est ce qui la rend effrayante. Faire exploser des choses et tuer des gens – c’est terrifiant ». Mais ce n’est pas tout, le département américain du Trésor a également allégué que les pirates qui ont lancé ce malware ont également mené des investigations sur au moins 20 services publics américains liés à l’électricité pour tenter de trouver des failles de sécurité.

Les responsabilités seraient à cheval sur les pirates en Russie, en Iran et en Chine

Malgré tout, la Russie a formellement nié toutes ces accusations et a aussi exprimé son indignation face aux sanctions prononcées à l’encontre de l’institut TsNIIKhM. L’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Anatoly Antonov, a déclaré sur les réseaux sociaux que « nous soulignons une fois de plus l’illégitimité de toute restriction unilatérale » et a ajouté que « contrairement aux Etats-Unis, la Russie ne mène pas d’opérations offensives dans le cyberdomaine ».

Par ailleurs, l’ambassadeur russe a appelé les Etats-Unis à « abandonner la pratique vicieuse des accusations infondées », ce qui n’est pas sans rappeler tout le boycottage autour des entreprises chinoises. En tout cas, les responsables américains auraient déposé une surabondance de mises en accusation entre des pirates informatiques russes, iraniens et chinois en septembre dernier.

Mais d’une manière générale, les analystes estiment que cette irascibilité des États-Unis serait sa manière de tenir à l’écart les pays étrangers en vue des élections qui se tiendront le mardi 3 novembre 2020.

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !

Mots-clés Etats-unisrussie