Cyclistes, méfiez-vous…

Ces derniers temps n’ont pas été faciles, c’est certain, mais la nouvelle est enfin tombée. Un peu comme une masse géante sur la tête de Passe-Partout en fait… Donc voilà, à 27 ans, je viens tout juste d’apprendre que j’ai le permis. L’examen a eu lieu mercredi, c’était plutôt féroce, mais c’est vraiment que du bonheur !

Ah ça, l’avoir n’aura pas été facile. Et le conserver sera sans doute plus délicat mais j’ai déjà pris la décision de ne pas conduire ivre, ce qui est déjà pas mal. C’est que je suis un conducteur raisonnable, moi, oui madame, et ce n’est pas la peine de me regarder avec ces yeux là. Un coup de portière, c’est très vite arrivé.

Bref, je n’aime pas trop parler de ma vie ici mais cette fois, il fallait bien que je le fasse. Avec ce papier que je viens de recevoir, ce sont pas mal de remises en question qui disparaissent et un poids énorme sur mon estomac qui ne sera désormais qu’un mauvais et très lointain souvenir. Et puis surtout, à présent, je vais pouvoir me concentrer sur mes autres projets et faire un peu avancer les choses.

Quoi qu’il en soit, pour ceux qui vont le passer et qui commencent à flipper, je ne leur conseillerais qu’une seule chose : oubliez la boite de vitesse, oubliez la mécanique et concentrez-vous sur tout votre environnement. Regardez le plus loin possible en avant, mais que votre regard reste très mobile. Cela vous permettra d’anticiper certains passages critiques et de commettre moins d’erreur. Evidemment, je ne suis pas un spécialiste de la conduite mais vu que c’est comme ça que j’ai réussi à le décrocher, je voulais vous faire part de ma propre expérience.

Bref, que du bonheur. Et en plus, cerise sur le gâteau, je suis en vacances ce soir et je vais enfin pouvoir partir me balader en pleine cambrousse :)

Et pour le plaisir, vous verrez en illustration de ce billet ma première voiture, l’ancienne Peugeot 205 de ma dulcinée. Le plus drôle, dans l’histoire, c’est que c’est très exactement la voiture que je rêvais de conduire lorsque je n’étais qu’un tout tout petit Fred.

Note : Cela va sans dire, je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu, qui m’ont supporté et sans qui je ne l’aurais sans doute pas obtenu. Pas la peine que j’en fasse une liste, ces personnes-là se reconnaîtront d’elle-même.

Note 2 : Et demain soir, c’est la fête !