Daech : 20 ans de prison pour un hacker complice du groupuscule terroriste

Daech compte de nombreux hackers dans ses rangs. Ardit Ferizi en faisait partie et il a soutenu à plusieurs reprises le groupuscule terroriste. Suite à l’émission d’un mandat d’arrêt international, les États-Unis ont fini par retrouver sa trace et par l’arrêter. Il a été condamné à vingt ans de réclusion dans une prison du pays.

Ardit Ferizi a une vingtaine d’années et il est originaire du Kosovo. Passionné par l’informatique, il a très vite appris à casser des serveurs et il a fini par tomber dans le giron de Daech.

Hacker Daesh

Un hacker pro-Daesh a été condamné à 20 ans de prison aux États-Unis.

Il opérait toujours sous le même pseudonyme, Th3Dir3ctorY, et il s’est retrouvé dans le collimateur des autorités américaines suite au piratage des données personnelles de 1 350 militaires et fonctionnaires fédéraux américains.

Ardit Ferizi a piraté les données de plusieurs centaines d’Américains

L’attaque avait fait la une de tous les médias anglo-saxons à l’époque et cela n’a rien de surprenant, car cette opération avait permis à Daech de récupérer les adresses, les numéros de téléphone, les identifiants et les mots de passe de toutes ces personnes.

Des personnes qui figuraient depuis sur la liste noire du groupuscule.

Suite à cette affaire, un mandat d’arrêt international avait été émis à son encontre. Ardit Ferizi est passé plusieurs fois à travers les mailles du filet, mais les autorités ont procédé à son arrestation en Malaisie en octobre 2015. Il a depuis été extradé aux États-Unis et son procès a débuté dans la foulée.

Le hacker était accusé d’avoir fourni un soutien matériel au célèbre groupe terroriste, un groupe qui a capturé de nombreuses régions en Irak et en Syrie et qui a aussi mené plusieurs attaques en Europe et sur le sol américain.

Il a plaidé coupable

Ferizi a rapidement reconnu ses crimes et il a accepté de plaider coupable. Durant le procès, le procureur est parvenu à prouver que le hacker savait parfaitement l’usage qui allait être fait des données piratées.

Le juge l’a donc condamné à une peine de 20 ans ferme, une peine qu’il devra purger dans une prison américaine.

Cette affaire n’est pas aussi anodine qu’on pourrait le croire. Le Ministère de la Justice des États-Unis l’a d’ailleurs martelé à de multiples reprises, en rappelant que ce cas était le premier du genre. Il n’a d’ailleurs pas l’intention d’en rester là et il compte ainsi amener tous les autres hackers pro-Daech devant la justice.

Mots-clés hacking