Découverte d’une dague de cristal de 5000 ans

Entre 2007 et 2010, une équipe de chercheurs de l’Université de Grenade, de l’Université de Séville et du Conseil supérieur de la recherche espagnole a mené des recherches dans une tombe mégalithique de Montelirio tholos, située dans le sud-ouest de l’Espagne. Cette excavation les a conduits à la découverte d’une dague de cristal de 5000 ans. En plus de cela, ils ont retrouvé 16 pointes de flèches et des outils destinés à la fabrication d’armes.

À la suite de cette découverte, les experts ont réalisé des études pour en savoir plus sur leurs trouvailles. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue Quaternary International. À en croire leur hypothèse, cette dague de cristal aurait appartenu à une personne de haut rang.

Crédits Pixabay

En effet, l’endroit où la dague a été retrouvée se trouve loin des mines de cristal. Cela suggère que son propriétaire a payé une somme assez conséquente pour obtenir ce matériau et pour faire construire l’arme.

Une dague sacrée ?

D’après les chercheurs, le cristal aurait eu une grande signification symbolique à l’époque. Les personnes issues de la haute société utilisaient cette pierre pour gagner en vitalité ou, selon les croyances, obtenir des pouvoirs magiques. Cette dague de cristal aurait donc pu être utilisée dans la réalisation de certains rituels.

Cette arme est dotée d’un poignet en ivoire. Pour les experts, il s’agit d’un élément de plus qui prouve l’appartenance de cette dague à l’élite de l’époque.

« L’association de la lame de la dague au poignet en ivoire, qui est un matériau qui ne vient pas de cette région et qui devait être d’une grande valeur, suggère fortement le haut statut de la personne qui utilisait cet objet. »

La preuve d’un grand savoir-faire

Les finitions de cette drague de cristal laissent penser qu’elle a été réalisée par des personnes qui faisaient preuve d’un grand savoir-faire.

« La fabrication de la dague de cristal doit être le fruit d’une accumulation de connaissances empiriques transmises de génération en génération et de compétences issues de la production de lame de poignard en silex. »

Selon les experts, la taille de la dague porte à croire qu’elle a été conçue à partir d’un seul bloc de cristal d’environ 20 cm de long et de 5 cm d’épaisseur. En dehors de cette arme, les chercheurs ont trouvé les restes de 25 individus.

Ils ont révélé que certains d’entre eux ont succombé à un empoisonnement.

Mots-clés archéologie