Daisy et Violet Hilton ou l’histoire des siamoises vedettes de music hall

Les sœurs Hilton (Daisy et Violet Hilton) étaient deux sœurs siamoises : techniquement, cela signifie qu’elles étaient des jumelles identiques dont les corps ont été liés in utero. Daisy et Violet étaient rattachées par le bas de la colonne vertébrale. Leur système sanguin était commun, mais elles ne partageaient pas d’organes vitaux.

Daisy et Violet sont nées d’une mère célibataire nommée Kate Skinner, qui était barmaid.

Des petites filles abandonnées et exploitées dès la naissance

On rapporte que Kate a cru que leur naissance était la punition de Dieu sur elle pour son péché d’adultère. Elle était tellement horrifiée par les petites filles siamoises qu’elle les a volontairement données à son employeur, Mary Hilton, qui voyait un potentiel commercial en ces petites filles si particulières.

L’enfance des sœurs Hilton était intéressante, c’est le moins qu’on puisse dire, mais pas agréable. Mary Hilton exerçait un contrôle total sur les filles, n’hésitant pas à utiliser des menaces et des abus physiques. Elles ont appris à chanter et à danser, et ont été exposées toutes petites déjà. À l’âge de trois ans elles ont commencé à voyager : d’abord en Angleterre, où elles sont nées, puis en Allemagne, en Australie et enfin aux États-Unis, devant de véritables vedettes de music hall. Mme Hilton a eu une fille, Edith, et elle s’est mariée à un homme en Australie. Quand elle est morte dans les années 1920, elle a “légué” les filles à son mari et à sa fille.

Mais en 1931, Daisy et Violet ont poursuivi  leurs “managers” en justice. Elles ont remporté le procès et n’ont reçu que 100 000 $ d’indemnisation (une fraction de ce qu’elles avaient rapporté à la famille). Mais, plus important encore, elles avaient obtenu leur indépendance. Elles abandonnèrent alors leur ancienne vie de star de music hall, devenant des citoyennes américaines, et se consacrant désormais au vaudeville (une forme de comédie). À partir de là, leur vie a radicalement changé : Daisy a teint ses cheveux en blonds et elles ont commencé à porter des vêtements différents. Elles ont également commencé à fumer, à boire, à faire des affaires, et ont joué dans deux films d’Hollywood, Freaks et Chained for Life.

Les dernières années des sœurs Hilton

Quand Violet s’est fiancée, elles ont voyagé partout aux États-Unis pour essayer d’obtenir une licence de mariage. On leur refusait en effet la licence de mariage au motif que ce serait immoral parce que Daisy n’était pas aussi fiancée. Finalement, Daisy a également trouvé un mari et les deux jumelles siamoises se sont mariées. Mais aucun des deux mariages n’a duré.

Dans les années 1950, elles ont ouvert un snack-bar à Miami, mais il n’a pas survécu. Elles ont continué à faire des apparitions publiques et c’est pendant l’une d’elles en 1962 que leur agent les a abandonnés sans un centime à Charlotte, en Caroline du Nord. Un directeur d’épicerie les a alors embauchées pour travailler comme commis. Elles ont loué une maison en face de l’église qu’elles fréquentaient et se sont installées à Charlotte, où elles ont travaillé dans l’épicerie jusqu’à leur mort.

En hiver 1968, Violet contracta la grippe de Hong Kong, une souche virulente qui a infecté environ un demi-million de personnes cette saison. Juste quand elle allait mieux, Daisy attrapa la grippe à son tour. Elles étaient en congé, mais leur patron prenait soin de les appeler tous les jours pour s’assurer que tout allait bien. Un jour, elles n’ont pas répondu, et lui et sa femme sont allés chez elles pour vérifier. La police a été appelée pour ouvrir la porte et les jumelles, alors âgées de 60 ans, ont été retrouvées mortes à l’intérieur de la maison.

Les sœurs jumelles siamoises de notre époque

Il existe de nos jours aussi des sœurs jumelles siamoises, Abby et Brittany Hensel, dont vous pouvez voir un extrait d’un documentaire ici. Abby et Brittany ont 16 ans et sont dicéphales, ce qui signifie qu’elles ont deux têtes, partagent de nombreux organes principaux, et ont chacune une jambe et un bras. Les filles sont plutôt douces et la vie qu’elles mènent, grâce à une famille et à une communauté sensées et solidaires, est tout à fait normale.

Crédits Image

Mots-clés histoire