D’anciennes ruines ont été découvertes en Ukraine

Autrefois, durant le néolithique, l’actuel territoire ukrainien était habité par une civilisation connue sous l’appellation de « culture de Tripol’e ». Les archéologues et historiens n’ont que peu d’informations concernant les grandes agglomérations proto-urbaines construites par celle-ci. Néanmoins, une nouvelle découverte vient de faire avancer les recherches.

Une équipe d’archéologues a récemment trouvé une mystérieuse mégastructure sous le sol d’un site appelé Maidanetske.

Crédits Pixabay

L’équipe a réussi à mettre en évidence l’existence de ces anciennes ruines après avoir repéré des anomalies magnétiques. Les scientifiques ont trouvé un bâtiment d’une superficie de 190 mètres carrés. Ils y ont également mis au jour des artefacts qui constituent des indices sur l’utilité de la structure et probablement sur l’histoire de la civilisation elle-même.

Les chercheurs ont recueilli des échantillons des déchets de la structure de Maidanetske pour les comparer à ceux des fosses à ordures des autres maisons retrouvées en Europe de l’Est. La découverte a été initialement rapportée sur Live Science.

Plus grande que les autres mégastructures de l’époque

La culture de Tripol’e s’étendait des Carpates au Dniepr, durant l’âge de pierre. De 4100 à 3600 avant J.-C., les membres de cette civilisation ont érigé des agglomérations constituées milliers de maisons, appelées mégasites. Chacune de ces grandes communautés était constituée d’environ trois mille maisons.

D’après les experts, la mégastructure de Maidanetske abritait environ 5.000 à 15.000 habitants. Elle était donc bien plus grande que les autres maisons de l’époque. Les scientifiques y ont trouvé des poteries, des bocaux, une pierre à aiguiser et des ustensiles de cuisine scellés. En outre, des ossements étaient éparpillés près de la cheminée. Ils pensent qu’il s’agit des restes du dernier repas avant que la maison ait été abandonnée.

Des activités similaires à celles menées dans des maisons normales

Ces indices laissent à penser qu’il s’agissait d’une habitation qui servait au stockage des aliments et à la préparation des repas. « Il s’agit d’activités similaires à celles menées dans des maisons normales », a déclaré Robert Hofmann, archéologue à l’Université Christian-Albrechts de Kiel, en Allemagne, qui a dirigé ces nouvelles recherches.

Il pense, néanmoins, que « l’intensité de ces activités entre les maisons normales et ces mégastructures est complètement différente ». Afin de prouver cette hypothèse, l’équipe doit procéder à des études comparatives. « Nous pouvons déjà sentir les différences, mais nous avons besoin d’une quantification des différentes découvertes et d’une analyse plus approfondie. »

Mots-clés archéologie