Dans la perspective de ventes d’iPhone en baisse, Apple trébuche en bourse

Très dépendant de la bonne santé de ses iPhone sur le marché, Apple se prend aujourd’hui les pieds dans le tapis en bourse alors que des rapports pointent vers une baisse éventuelle des ventes de ses célèbres smartphones sur la seconde moitié de l’année 2018. En tête de ces informations néfastes pour la bonne santé des actions d’Apple, celles rapportées par le quotidien financier Nikkei. Selon les sources du média japonnais, Apple aurait demandé à ses sous-traitants de produire jusqu’à 20% de composants en moins pour ses futurs modèles d’iPhone.

Une prudence toute particulière pour la firme de Cupertino qui laisserait entendre, toujours selon Nikkei, qu’Apple prévoirait d’écouler moins de smartphones sur la fin 2018 que lors de l’année précédente, au moment du lancement des iPhone 8, 8 Plus et X.

Le cours de l’action d’Apple n’est actuellement pas au mieux de sa forme, et pour cause, des rapports suggèrent que les ventes d’iPhone pourraient baisser lors de la seconde moitié de l’année 2018.

C’est en tout cas ce que rapporte l’une des quatre sources contactées par Nikkei. Travaillant directement sur les chaînes d’assemblage, cette dernière indique que la production des trois nouveaux iPhone serait en passe de se voir notablement réfrénée. “Pour les trois nouveaux modèles en particulier, le rendement total planifié pourrait être jusqu’à 20% moins important que pour des commandes de l’an dernier“, explique-t-elle. Concrètement, sur la fin d’année 2017, Apple avait commandé 100 millions d’iPhone. Cette année, ce chiffre pourrait plafonner à “seulement” 80 millions.

Une brise de panique en bourse qui aura probablement du mal à troubler le géant Apple en profondeur

Contacté par Nikkei, Apple n’a naturellement pas souhaité donner suite, laissant ses investisseurs dans l’expectative. Toujours du côté des sources du quotidien nippon, il se dit qu’Apple “est cette année plutôt réservé pour ce qui est de placer des commandes pour les futurs iPhone“. Une phrase qui expliquerait presque à elle seule le décrochage actuel de la firme à la pomme, et celui de certains de ses fournisseurs, en bourse.

Comme le rapportait hier 20 Minutes, Apple n’est pas à plaindre pour autant. Le géant de Cupertino s’apprête ainsi tranquillement à franchir le seuil mirifique des 1.000 milliards de dollars de valorisation boursière, et ce après avoir passé mardi la barre des 950 milliards de dollars (environ 800 milliards d’euros).

Des résultats qui coïncident avec une hausse du chiffre d’affaires d’Apple sur 6 trimestres d’affilée. Il en faudra donc plus que des ventes d’iPhone potentiellement timides pour faire chuter le colosse de la Silicon Valley. Mais attention tout de même, ce secteur d’activité en particulier représente malgré tout près de 60% des revenus de la firme.