D’après cet astrophysicien, il y a une chance que Bennu percute la Terre en 2175 ou en 2200

L’année dernière, OSIRIS-REx, la sonde spatiale de la NASA, a pu se poser sur Bennu afin de pouvoir étudier de plus près cet astéroïde et de ramener des échantillons sur Terre. Le retour d’OSIRIS-REx avec ces fameux échantillons est d’ailleurs prévu pour 2023.

Pour la NASA, les observations portant sur Bennu sont particulièrement importantes. En effet, des spécialistes ont dit que « sur des millions d’années, de toutes les planètes, Bennu est le plus susceptible de frapper Vénus ».

Les scientifiques ont découvert que l'astéroïde Itokawa contient bien de l'eau

Crédits Pixabay

Mais pour l’astronome planétaire du SETI, Michael Busch, il y a des chances que l’astéroïde Bennu entre en collision avec la Terre en 2175 ou en 2200. Toutefois, cette hypothétique collision qui entraînera inévitablement la fin de la vie sur notre chère planète, dépend en grande partie de l’effet Yarkovsky.

L’effet Yarkovsky : un facteur décisif pour la survie de la Terre

Lorsqu’une légère poussée de chaleur d’un astéroïde ou de n’importe quel corps céleste provoque son propre changement d’orbite, on appelle cela l’effet Yarkovsky. Sous l’action de la lumière du Soleil, il expulse des gaz, ce qui va sensiblement modifier sa trajectoire.

De ce fait, la trajectoire de Bennu pourrait changer et la faire rentrer en collision avec la Terre si l’effet Yarkovsky est trop fort. Et d’après Busch, il y aurait une chance sur 27.000 pour que cela arrive et d’après ses estimations, cela pourrait arriver en 2175 ou en 2200.

Etudier Bennu est le meilleur moyen de prévenir un désastre

Sur le site de question-réponse Quora, Busch a bien décrit Bennu et le danger qu’il représente en raison de ses dimensions. Pour rappel, le rayon de cet astéroïde ne fait pas moins de 500 mètres. Une collision un objet de cette dimension, même si la probabilité que cela se produise avec la Terre est de seulement de 1/27.000 serait catastrophique.

Selon les déclarations de la NASA, parmi toutes les planètes de notre système solaire, Vénus a le plus de risque de se faire percuter par Bennu. La NASA a aussi déclaré que les chances pour que la Terre en soit affectée sont minces. Raison pour laquelle les données collectées par OSIRIS-REx sont indispensables pour en savoir davantage.

Le chercheur principal OSIRIS-REx à l’Université de l’Arizona, Dante Lauretta, a d’ailleurs déclaré que « l’équipe OSIRIS-REx a étudié ses caractéristiques essentielles pour surmonter l’inattendu en ce qui concerne Bennu ».

Mots-clés astrophysiquebennu