D’après cette étude, croire aux divinités relève tout simplement d’une attraction psychologique

Pourquoi les gens vénèrent et respectent-ils les divinités et les êtres religieux ? Et pourquoi est-ce uniquement le cas pour les êtres religieux et non pour tous les autres êtres fictifs et les superhéros ?

Pour répondre à ces questions et trouver une réponse à ce qu’on appelle en psychologie le « syndrome de Mickey Mouse », le Dr Thomas Swann, chercheur en psychologie à l’Université d’Otago a conduit une étude qui a vu la participation d’un peu plus de 300 personnes.

Crédits Pixabay

En effet, le véritable objet de la recherche est de comprendre la raison pour laquelle les autres personnages fictifs tels que Mickey Mouse ne font pas naître chez l’homme le même respect et la même croyance que les personnages religieux plus traditionnels comme les divinités.

Ce qui distinguerait les êtres religieux des autres êtres fictifs

Le Dr Swan a ainsi fait appel à plus de 300 personnes en leur demandant d’inventer chacun un personnage religieux ou un autre personnage fictif (du genre superhéros par exemple) et de lui conférer 5 capacités surnaturelles.

Curieusement, les participants ont choisi d’attribuer des pouvoirs plus spirituels aux personnages religieux. Par exemple de la faculté de lecture de l’esprit ou encore l’omniscience. Tandis que les facultés surnaturelles des personnages fictifs se rapprochent plutôt des capacités physiques : le vol, la capacité de traverser les murs ou encore l’immortalité.

Autre fait important, les personnages religieux soulèvent également une autre grande différence par rapport aux simples personnages fictifs : leurs pouvoirs sont plus ambigus et dans une certaine mesure ils devraient être capables d’aider les gens, selon les participants.

Les gens sont dévoués et croient parce que les divinités sont psychologiquement utiles

Selon l’avis du Dr Swan : « Cette ambiguïté des attributs est intéressante dans la mesure où elle donne aux gens la latitude pour former des interprétations d’êtres religieux attrayantes et plausibles sur le plan personnel. »

Toujours selon lui : « Les différences entre les êtres fictifs et les êtres religieux suggèrent que les êtres religieux attirent la croyance parce que nous sommes motivés à croire en eux. Ils nous attirent. Ils sont psychologiquement utiles. »

L’étude démontre ainsi que la croyance aux êtres religieux relève juste d’une attraction psychologique, que les hommes ont besoin de s’accrocher à quelque chose qu’ils estiment plus puissant.

Mots-clés psychologie