D’après Elon Musk, Neuralink nous permettra de streamer de la musique dans le cerveau

La mystérieuse startup Neuralink d’Elon Musk développe une interface cerveau-ordinateur capable d’établir une symbiose entre les humains et les ordinateurs. L’entreprise prévoit d’effectuer des annonces le mois prochain.

Neuralink nous donne rendez-vous le 28 août prochain pour en apprendre davantage sur ses inventions. En attendant cet évènement, Elon Musk a fait quelques révélations sur Twitter. Le milliardaire a laissé entendre que l’interface cerveau-machine développée par sa startup serait en mesure de jouer de la musique directement dans le cerveau de l’utilisateur. Lorsque l’informaticien Austin Howard lui a demandé au travers d’un tweet si nous pouvions un jour streamer de la musique dans le cerveau via une telle interface et sans casque, le cofondateur de Neuralink a répondu par l’affirmative.

Crédit Neuralink

Malheureusement, il a préféré ne pas entrer dans les détails de la technologie.

Des puces capables de stimuler la libération de certaines hormones

Le patron de Tesla a également confirmé à un autre membre du réseau social à l’oiseau bleu que les puces développées par Neuralink devraient être en mesure de stimuler, si nécessaire, la libération d’hormones telles que l’ocytocine et la sérotonine.

Neuralink travaille dans le développement d’interfaces cerveau-ordinateur depuis environ quatre ans. En 2019, l’entreprise a présenté un appareil qui utilise des lasers pour se connecter au cerveau.

D’après un porte-parole, cette technologie permettra de révolutionner la chirurgie cérébrale mini-invasive. Elle est également censée aider à améliorer la vie des personnes souffrant de maladies du cerveau et de troubles comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

À lire aussi : Neuralink, une nouvelle arme pour lutter contre la dépression ?

Neuralink recrute

À noter que pour cette utilisation des technologies de Neuralink dans le monde médical, la startup mène déjà des expériences sur des animaux. Elle prévoit aussi d’effectuer des tests sur des êtres humains dès cette année.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Elon Musk veut aller le plus loin possible dans le domaine des interfaces cerveau-machine. Preuve en est, Neuralink recrute actuellement des ingénieurs. « Si vous avez résolu des problèmes difficiles avec les téléphones / appareils portables (étanchéité, traitement du signal, charge inductive, gestion de l’alimentation, etc.), veuillez envisager de travailler chez Neuralink », a-t-il récemment tweeté.

À lire aussi : On aura bientôt des nouvelles de Neuralink

Mots-clés neuralink