Climat : des chercheurs inquiets lancent la sauvegarde de leurs données

Face à l’accession de Donald Trump au pouvoir, les scientifiques américains craignent de perdre la main sur certaines données publiques. Le candidat qui vient d’être élu à la présidence américaine s’est montré sceptique par rapport aux théories et aux dangers qui se référent au réchauffement climatique. Il a même pris soin de nommer des responsables gouvernementaux qui partagent avec lui le même point de vue sur le sujet.

Les scientifiques ont alors préféré prévenir que guérir. Des cas plus ou moins similaires se sont déjà produits au Canada et en Australie. Le changement de gouvernement peut avoir des répercussions considérables sur la continuité des activités et des recherches scientifiques. Ils se sont donc organisés afin d’effectuer une opération de sauvegarde des données sur le climat.

Trump Climat

Certains scientifiques s’inquiètent de l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

L’opération de sauvegarde a été baptisée DataRefuge. Ils ont d’ailleurs lancé des appels d’offres pour solliciter des aides et des soutiens.

Un gouvernement hostile à la lutte contre le réchauffement climatique ?

Le nouveau gouvernement se montrera sans doute hostile à la lutte contre le réchauffement climatique. Donald Trump lui-même avait mentionné, durant sa compagne, qu’il ne croyait pas au réchauffement de la Terre. Selon lui, un complot en serait à l’origine. « Si la planète se réchauffe, alors pourquoi fait-il encore froid dehors ? », avait-il demandé lors d’un de ses discours.

Le futur Président des États-Unis a donc choisi de placer des climatosceptiques à des postes clés de l’environnement. Ainsi, il a choisi Scott Pruitt pour l’EPA (Environmental Protection Agency) et il a nommé Rick Perry, l’ancien gouverneur du Texas, ministre de l’Énergie.

Ces derniers ont clairement expliqué que, pour asseoir leur influence, ils comptent réorganiser les institutions qu’ils vont diriger.

L’opération DataRefuge

Margaret Janz est une bibliothécaire en charge des données de l’Université de Pennsylvanie. À l’occasion d’une interview, elle a expliqué que l’importance des enjeux implique que des mesures doivent être prises. L’objectif global du projet serait donc de garantir que ces données restent à l’abri. Elle a mentionné que la communauté scientifique travaille avec un large réseau pour que celles-ci restent accessibles.

DataRefuge est inspiré du projet End of Term Harvest qui signifie littéralement « La récolte de la fin de période ». Il s’agit du projet de sauvegarde des données gouvernementales lors des passations de pouvoir entre deux présidents. Ce processus s’est avéré être fiable.

En attendant, les climatologues américains ne sont pas les seuls à s’inquiéter pour leurs données. La bibliothèque du web The Internet Archive a elle aussi lancé une opération du même type le mois dernier.

Mots-clés climatologieweb