De la Terre à Mars en 3 mois grâce à un moteur nucléaire ?

Une entreprise américaine a imaginé un moteur nucléaire qui pourrait un jour nous permettre d’atteindre la planète Mars en seulement trois mois. Le concept, développé en partenariat avec la NASA, promet non seulement une poussée plus élevée par rapport à celle des fusées traditionnelles, mais aussi plus de fiabilité.

Comment réduire le temps du trajet entre Mars et la Terre ? Voilà une question que les dirigeants d’Ultra Safe Nuclear Technologies (USNC-Tech) se sont sans aucun doute posée lors du développement de leur concept de moteur de propulsion nucléaire thermique (NTP). Avec les moyens actuels, pour rejoindre la planète rouge depuis la Terre, il faut voyager pendant environ 260 jours, soit un peu moins de 9 mois, lorsque la distance entre les deux planètes est la plus faible. Cependant, cette durée pourrait bientôt être divisée par trois.

Crédits Jeremy Straub / Unsplash.com

Avec leur concept de moteur nucléaire conçu pour un usage spatial, USNC-Tech espère permettre un aller-retour Terre-Mars en seulement 6 mois, soit trois mois pour chaque trajet.

Un moteur de propulsion nucléaire thermique plus efficace

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques s’intéressent au nucléaire comme source d’énergie pour propulser un engin spatial. Des concepts de moteurs NTP avaient déjà été dévoilés précédemment, sauf que celui qu’Ultra Safe Nuclear Technologies vient de transmettre à la NASA promet d’être plus efficace et plus fiable. L’efficacité dépasserait d’ailleurs de loin celle d’une fusée à propulsion chimique.

Grâce justement à cette efficacité accrue, les ingénieurs derrière le nouveau projet espèrent utiliser le nucléaire pour révolutionner les voyages dans l’espace lointain. Certes, leur principal objectif est de réduire le temps du trajet entre Mars et la Terre, mais ils n’en resteront certainement pas là…

À lire aussi : SpaceX vise un premier voyage vers Mars en 2024

Un carburant entièrement céramique micro-encapsulé

Pour alimenter le réacteur du moteur, UNSC-Tech utilise un carburant entièrement céramique micro-encapsulé (FCM), expliquent nos confrères de New Atlas. Il s’agit d’un combustible à base d’uranium faiblement enrichi à haut dosage (HALEU). Cet élément est ensuite encapsulé dans des particules revêtues de carbure de zirconium (ZrC).

D’après l’entreprise basée à Seattle, aux États-Unis, ce combustible est beaucoup plus robuste que les combustibles nucléaires conventionnels et peut fonctionner à des températures élevées, assurant un fonctionnement plus sûr et une poussée plus puissante.

À lire aussi : SpaceX veut aussi lancer une constellation de satellites StarLink autour de Mars

Mots-clés mars