De l’eau détectée dans l’une des plus vieilles galaxies connues

Une découverte importante vient d’être faite par des astronomes. En utilisant le radiotélescope ALMA ou Atacama Large Millimeter/submillimeter Array qui se trouve au Chili, ils ont détecté des traces d’eau dans l’une des galaxies les plus vieilles connues. Cette découverte prouverait pour la première fois que l’eau a joué un rôle dans la formation des premières étoiles.

La galaxie en question se nomme SPT0311-58 et se trouve à une distance de 12,88 milliards d’années-lumière de la Terre. Cela signifie que les télescopes perçoivent la forme que la galaxie avait un milliard d’années après le Big Bang. Les scientifiques pensent que la galaxie, comme on peut la voir, est âgée de 780 millions d’années. A cet âge, les étoiles se forment à un taux plus élevé que ce que l’on peut voir dans les galaxies plus matures.

Crédits ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/S. Dagnello (NRAO)

D’après l’article, qui a été publié le mercredi 3 novembre dernier dans la revue The Astrophysical Journal, du monoxyde de carbone aurait également été découvert dans cette galaxie.

Des molécules importantes pour la vie

Selon les explications de Sreevani Jarugula, astronome à l’Université de l’Illinois et chercheur principal de l’étude, ils ont utilisé les observations à haute résolution faites par le télescope ALMA sur une paire de galaxies connue sous le nom de SPT0311-58. Ils ont détecté de l’eau et du monoxyde de carbone dans la galaxie la plus large.

Jarugula a ajouté que l’oxygène et le carbone en particulier étaient des éléments de première génération. Dans leurs formes moléculaires, c’est-à-dire sous forme d’eau et de monoxyde de carbone, ils sont essentiels à la vie telle que nous la connaissons.

L’astronome a indiqué que SPT0311-58 offre un grand nombre d’opportunités d’observer les molécules abondantes et de mieux comprendre comment ces éléments à la base de la vie ont influencé le développement de l’Univers primitif.

Les recherches continuent

Pour le moment, les astronomes ne comprennent pas encore comment de si larges quantités de gaz et de poussière ont pu s’assembler dans l’Univers primitif pour former les premières étoiles et les premières galaxies. Ce que l’on sait, c’est que les étoiles dans les galaxies jeunes se forment à un taux mille fois supérieur à celui de la Voie Lactée.

D’après Jaragula, étudier le gaz et la poussière de ces premières galaxies nous permet d’en savoir plus sur leurs propriétés. On peut par exemple connaitre le nombre d’étoiles en train de se former, ou encore la vitesse avec laquelle le gaz est transformé en étoiles. On peut aussi obtenir des informations sur l’interaction entre les différentes galaxies.

L’eau serait la troisième molécule la plus commune dans l’Univers après l’hydrogène et le monoxyde de carbone. Certaines études suggèrent qu’elle pourrait être considérée comme une signature de la formation des étoiles.

Mots-clés galaxies