De mystérieuses boules de pierre retrouvées dans une ancienne tombe

Les pratiques funéraires de la Grande-Bretagne néolithique restent peu connues. Notre incapacité à définir la fonction des boules en pierre dans les tombes en est la preuve.

La Grande-Bretagne possède son lot de sites funéraires qui datent du Néolithique. Ils se concentrent sur le territoire écossais et sur l’archipel des Orcades. Certains de ces vestiges du passé se trouvent aussi en Angleterre, en Irlande et en Norvège. Les archéologues tombent régulièrement sur de mystérieuses boules en pierre en procédant à des fouilles de chambres funéraires. Précisons que celles-ci peuvent être aussi grandes qu’une balle de baseball et présentent différents aspects. Elles peuvent avoir été sculptées, certaines comportent des gravures et d’autres sont polies.

Une faux représentant la mort
Image par janjf93 de Pixabay

La récente découverte de deux boules de pierre polies relance le débat sur la fonction de ces objets. Elles ont été trouvées sur l’archipel des Orcades et datent de 5 500 ans.

A lire aussi : Quand un étudiant en archéologie découvre par hasard un des plus anciens dessins de l’humanité

D’abord des armes, maintenant des pièces décoratives

Ce n’est donc pas la première fois que de tels objets ont été déterrés. Rappelons que la découverte de la plus populaire de ces pièces remonte à 1860, à proximité du petit village écossais de Towie. Ce qui lui aura d’ailleurs valu le nom de boule de Towie. Il s’agissait d’une pièce très élaborée avec des gravures d’une grande précision.

La présence de boules en pierre sur des sites funéraires ne passe jamais inaperçue. Cela intéresse les archéologues. Les premières hypothèses les présentaient comme des armes. Les boules en pierre auraient servi de projectile pour des frondes. La théorie n’a pas tenu longtemps. Les pièces sont trop sophistiquées pour être de simples projectiles.

Les chercheurs avancent désormais une nouvelle hypothèse, celle de la fonction décorative. Notons que la découverte des deux nouvelles pierres s’est faite dans une tombe néolithique sur l’île de Sanday. Vicki Cummings de l’université du Lancashire central, en Angleterre, a dirigé les fouilles. Les boules de pierre pourraient avoir servi à statuer le rang des défunts au sein de la communauté, suggère l’archéologue.

A lire aussi : Des archéologues ont découvert une nécropole en Corse

Le polissage plus ancien que la gravure

Les pierres de Sanday présentent un aspect différent de la boule de Towie. Elles ont une apparence plus minimaliste, mais n’en sont pas moins magnifiques. Par ailleurs, elles sont polies contrairement aux boules en pierre gravées découvertes précédemment par les archéologues. Le polissage est une pratique plus ancienne que la gravure sur pierre. Cette dernière est apparue assez tardivement pendant le Néolithique. Malgré leur différence d’aspect, les boules ont pour point commun leur emplacement dans la tombe. Elles sont systématiquement placées dans le coin de chaque compartiment occupé de la chambre funéraire.

Les boules en pierre polies ou gravées n’ont pas livré tous leurs secrets. Cependant, la priorité de Cummings et son équipe est de continuer les recherches sur le site de Sanday.